EXPLOSION DU BUREAU DE POSTE NOGENT SUR OISE

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    politikar Index du Forum -> politikar -> politikar
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
MARIO KEKIC
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2009
Messages: 908
Localisation: PARIS
Masculin Bélier (21mar-19avr) 馬 Cheval
Point(s): 115
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: Mer 7 Avr - 06:10 (2010)    Sujet du message: EXPLOSION DU BUREAU DE POSTE NOGENT SUR OISE Répondre en citant

Incendie et explosion dans une usine à Gennevillliers: 1 mort, 10 blessés





Une dizaine de personnes (bien une dizaine) ont été blessées et un agent de sécurité tué, dans un incendie d'origine indéterminée suivi d'une explosion, mercredi matin dans une usine à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), apprend-on de source policière.
Parmi les 10 blessés, figurent 4 sapeurs pompiers et 4 policiers, dont 3 sont dans un état jugé sérieux, ajoute-t-on de même source.
L'incendie, d'origine vraisemblablement accidentelle, selon les premiers éléments, est survenu dans une usine de carbone du groupe Carbone-Lorraine, située au 41 (bien 41) rue Jean-Jaurès. Il a été suivi d'une explosion d'un four à combustion, alors qu'il était partiellement maitrisé, selon les premiers élèments de l'enquête.
Le ministre de l'intérieur Brice Hortefeux se rend sur place, a-t-on indiqué au ministère de l'intérieur.








Zoom
NOGENT-SUR-OISEAttaque à l’explosif contre le bureau de posteIncroyable tentative de cambriolage hier dans une poste à Nogent-sur-Oise : les malfaiteurs ont tenté de faire sauter une porte blindée avec de la dynamite en plein jour.


VICTOR FORTUNATO | 07.04.2010, 07h00


« J’ai entendu un énorme boum. J’ai encore mal aux oreilles tellement c’était puissant. J’ai pensé que c’était l’explosion d’une bouteille de gaz. » Comme beaucoup de Nogentais, Jallal Chouaoui était encore secoué par l’incroyable explosion survenue hier matin vers 11 h 15 sur la place des Trois-Rois, en plein centre-ville.

Trois malfaiteurs ont tenté de faire exploser le coffre de transfert de fonds du bureau de poste situé au rez-de-chaussée d’un immeuble de douze étages. Ils ont pris la fuite sans emporter de butin. Par miracle, cette attaque n’a pas fait de blessé parmi les habitants de l’immeuble et les huit employés de la Poste. Quatre habitants ont été choqués par la puissance de la détonation. Suivie d’une onde de choc très puissante, la déflagration a provoqué des dégâts matériels importants en faisant voler en éclats les vitres des résidences aux alentours. Une quinzaine d’appartements ont été touchés, sans faire de blessé. Attaque similaire dans les Yvelines


Cette attaque ressemble beaucoup à celle qui s’est déroulée hier vers 8 heures à Houilles dans les Yvelines. Deux malfaiteurs ont fait sauter le distributeur de billets de la Poste avant de prendre la fuite avec un butin indéterminé. Mais, pour l’instant, aucun lien n’est fait entre les deux affaires.
La police judiciaire de Creil est chargée de l’enquête. « Je suis affolé que des gens puissent faire sauter un pain de dynamite en pleine journée au risque de tuer des habitants, déclare Jean-François Dardenne, maire de Nogent-sur-Oise. Ces braqueurs sont prêts à tout pour grappiller quelques euros. C’est vraiment très inquiétant. » L’heure du cambriolage était bien choisie puisque le coffre venait d’être approvisionné par les convoyeurs. Mais l’exécution a laissé à désirer, et les malfaiteurs ont sans doute sous-estimé la solidité de la porte blindée. « Ils sont très déterminés, reprend le maire de Nogent-sur-Oise. Les braqueurs ont fait leur coup en pleine journée sur cette dalle commerciale très fréquentée. On a sans doute échappé à un massacre. » Dans les trois résidences voisines, les habitants sont choqués : « Je faisais mes courses lorsque j’ai entendu la déflagration, commente Micheline, 90 ans. Dès que j’ai ouvert la porte de mon appartement situé au deuxième étage, j’ai découvert la catastrophe. Les vitres des deux chambres ont été pulvérisées. »
Ces habitants sont conviés à une réunion ce soir à 19 heures à la mairie pour lister les différents dommages et obtenir des réparations. Au niveau de l’enquête, les hommes de la PJ n’ont pas obtenu de signalement précis des trois auteurs : « Ces malfaiteurs n’ont pas été identifiés, car ils étaient cagoulés au moment de leur fuite », précise le commissaire Jean-Michel Hornus. Ces braqueurs à l’explosif opéraient ces derniers mois essentiellement en Seine-Saint-Denis et à Paris, où une quinzaine de distributeurs automatiques de billets (DAB) et de coffres-relais ont été attaqués. Pour les hommes de la PJ de Creil, il s’agira d’effectuer de précieux recoupements avec ces récentes affaires.

La police judiciaire lance un appel à témoins. Les personnes ayant été témoins directs des faits peuvent appeler le 03. 20. 30. 37. 27.












Tous les articles de la rubrique


Le Parisien

Nogent sur Oise (60):La Commanderie

Véhicules en feu. (18/05/1998)
CREIL

Trois véhicules ont été détruits par des incendies, dans la nuit de samedi à dimanche. vers 23 h 45, à la Commanderie, à Nogent.

Incendies de voitures. (28/05/1998)
NOGENT-SUR-OISE

Les pompiers du centre de secours de Creil sont intervenus pour circonscrire trois incendies de voiture simultanés dans le quartier de la Commanderie.

LIANCOURT (10/06/1998)
L'insécurité montrée du doigt

EN réaction aux violentes affrontements qui ont opposé deux bandes rivales, rue Victor-Hugo à Liancourt, à la fin du mois de mai, Guy Bruet, conseiller municipal d'opposition, vient d'adresser une lettre ouverte au maire de la commune et à la population. Objectif : demander la tenue « aussi vite que possible », d'une cellule de réflexion et d'action réunissant les politiques, la gendarmerie, les enseignants, les jeunes, les parents, et « tous ceux qui pensent honnêtement pouvoir apporter une solution efficace et de bon sens à ce problème d'insécurité locale dont nous avons tous assez. » A l'origine du problème, une rixe survenue le 29 mai dernier aux alentours de 17 heures, entre jeunes de Liancourt et de la cité de la Commanderie, à Nogent-sur-Oise. Une rixe dont les prémices restent obscures, mais qui a mobilisé, durant de longues heures les forces de gendarmerie et causé un blessé.

prison ferme pour Le pillage d'épicerie (14/08/1998)
Pillage/

l'après-midi de dimanche dernier à été chaude, aux abords de La Gare SNCF de Saint-Leu d'Esserent, ou La petite épicerie du village à litéralement été mise à sac par par Une bande organisée. venues de la cité de la Commanderie de Nogent, pour se baigner à la base de loisirs de Saint-Leu, une trentaine de jeunes sont une première fois repérée par le directeur du site qui contrôle leurs billets d'entrée : certains sont effectivement passés par les guichets, les autres ont escaladé les grilles de la base. Et puis soudain, en fin d'après-midi, juste avant de s'embarquer dans le train qui doit la ramener à Creil, la bande se dirige vers l'épicerie la plus proche. C'est le déchaînement. Paniqué par cette brusque affluence dans sa petite boutique, le commerçant aperçoit plusieurs jeunes qui dérobent des aliments et des boissons dans les rayons, mais, dans l'impossibilité de gérer la situation, sort un couteau à deux manches et tente de faire sortir la bande... Seules une poignée de personnes s'échappent du magasin, laissant leurs amis sur place : « L'un d'entre eux, expliquait hier le commerçant à la barre du tribunal correctionnel de senlis, a tout de suite brandi une bouteille volée, qu'il avait cachée dans ses vêtements, et l'a jetée dans la vitrine de mon épicerie ! Voyant cela, j'ai appelé les gendarmes. » Le train de Creil est stoppé Dans le box des détenus, trois des protagonistes du pillage, Agés de 18 et 19 ans nient farouchement avoir joué le moindre rôle dans cette affaire :Quelques minutes après le départ précipité de la bande, l'épicier se rend à la gare, accompagné des gendarmes, pour tenter de reconnaître les auteurs du pillage. Le train à destination de Creil est stoppé ; les wagons visités un à un... Mais les trois prévenus, repérés par le commerçant ne s'y trouvent pas. S'engage alors une course-poursuite le long des berges de l'Oise, où seront finalement localisés et arrêtés les trois jeunes. dix-huit mois de mise à l'épreuve dont l'un d'eux a été déjà mis en examen dans le cadre de la rixe entre bandes de Sarcelles et de Nogent-sur-Oise, en mai dernier

Descente de police à la Commanderie. (24/09/1998)
NOGENT-SUR-OISE

Une opération coup de poing des officiers de police du commissariat de Creil a eu lieu, mardi soir, dans le quartier de la Commanderie. Les hommes mobilisés ont découvert une cache qui contenait différents objets provenant de vols, deux fusils et deux armes de poing.

Incidents à la gare. (01/01/2001)

Un début d'échauffourée entre deux bandes d'adolescents de la commanderie,à Nogent-sur-Oise et du plateau-Rouher de Creil a eu lieu, hier, en milieu d'après-midi, aux abords de la gare de Creil. L'incident n'a duré que quelques minutes et n'a pas dégénéré, les jeunes s'étant dispersés juste avant l'arrivée de la police.

Voiture en feu. (12/02/2001)
Nogent-sur-Oise

Les sapeurs-pompiers sont intervenus pour éteindre l'incendie qui a détruit une Renault 5 hier, vers 2 h 30, face au bâtiment F de la cité de la Commanderie.

Une virée à quatre. (21/02/2001)

Quatre jeunes gens, un Creillois de 26 ans, un Montatairien de 17 ans, un autre du même âge de Coye-la-Forêt et un habitant de la cité de la Commanderie de Nogent, âgé de 16 ans, ont tenté sans succès de s'emparer d'un véhicule à Nogent à la fin de la semaine dernière, véhicule dans lequel ils ont finalement dérobé des CD avant de parvenir à voler une Supercinq. Ils sont allés ensuite à Compiègne où le majeur a tenté de voler deux autres véhicules. A la suite de leur interpellation, le majeur a été écroué à la maison d'arrêt de Compiègne, deux mineurs ont été remis en liberté et le troisième est convoqué devant le juge pour enfants.

Recel de vol. (14/03/2001)
Nogent-sur-Oise

Les policiers de Creil ont interpellé un adolescent de 15 ans hier matin, à La Commanderie de Nogent, qui a participé la veille, vers 0 h 50, à un rodéo dans le quartier effectué à bord d'une voiture qu'il savait volée. Son complice, le conducteur du véhicule, âgé de 22 ans, avait été arrêté peu après les faits. Placés tous deux en garde à vue et déférés devant le tribunal de Senlis, ils ont été laissés en liberté, mais l'adolescent est placé sous contrôle judiciaire.

NOGENT-SUR-OISE.
La guerre contre les épaves continue (15/05/2001)

QUARTIER de la Commanderie, hier matin. Des résidants sont penchés à leur fenêtre, surpris et attirés par le bruit. Une vaste opération de sécurisation est entamée dans ce quartier sensible. Assistés de la police, les services de la fourrière et un ferrailleur ont débarrassé les parkings et les rues de la cité de dix-huit épaves. Le 29 janvier dernier, une opération similaire avait déjà permis de vider la cité de quarante-huit autres carcasses de voitures. Il est 8 h 30 lorsque les deux camions de la société Picardie-Dépannage, suivis par un ferrailleur font leur entrée dans le quartier de la Commanderie. Une opération coup de poing destinée à marquer les esprits. « On ne veut plus que les épaves prolifèrent dans les rues de ce quartier, explique Jean-Luc Bonnard, commissaire principal de la police nationale. C'est un signe fort de notre présence à la Commanderie. » « Cette voiture, cela fait quatorze mois qu'elle n'avait pas bougé » Et, comme lors de la précédente opération, le grand nettoyage est désormais bien rodé. Une dizaine de policiers sont présents pour encadrer cette action et faire face au moindre incident. Un d'entre eux, listing en main, indique les voitures désossées, incendiées, sans moteur, laissées à l'abandon sur les parkings ou devant les bâtiments tagués. Ici, comme dans de nombreuses autres cités, le commerce des pièces détachées est un véritable commerce pour certains. La bricole est l'activité favorite de certains résidants. « Cette voiture, cela fait quatorze mois qu'elle n'avait pas bougé », indique laconiquement cet habitant alors que le ferrailleur compresse la 205 avec sa pince géante avant de la diriger vers la benne. A chaque voyage, six épaves sont entassées et évacuées pour destruction. Dans quelques mois, c'est certain, il faudra de nouveau recommencer.


Bagarre entre bandes. (07/06/2001)

Scène de violences dans la rue mardi, vers 13 h 15, place Saint-Martin. A la suite de différends, quatre majeurs et trois mineurs issus du quartier Rouher de Creil et de la cité de la Commanderie de Nogent-sur-Oise se sont affrontés en utilisant couteaux, bombes lacrymogènes, bâtons et barres de fer. Les gendarmes de Senlis, du peloton de surveillance et de la brigade de recherche sont intervenus pour séparer les protagonistes qui avaient notamment dégradé le véhicule d'un creillois. Tous ont été placés en garde à vue.

Pompiers caillassés. (12/06/2001)
Nogent-sur-Oise

Alors qu'ils intervenaient pour éteindre un feu de détritus sur la voie publique, dimanche vers 19 h 20, les sapeurs-pompiers ont dû quitter la cité de la Commanderie après avoir essuyé des jets de pierres. Il n'y a pas eu de blessés, mais les véhicules ont subi quelques dégradations.

Deux incendies. (24/06/2001)
Nogent- sur-Oise

Les sapeurs-pompiers sont intervenus vendredi à la cité de la Commanderie pour éteindre un feu de détritus vers 22 heures, puis l'incendie d'une voiture une heure plus tard.

Feux de voiture. (28/06/2001)
Bassin creillois

Les pompiers ont dû intervenir sur plusieurs feux de voiture dans la nuit de lundi à mardi. Un premier à Creil boulevard Salvador-Allende à la station Esso, un second à Nogent-sur-Oise à hauteur de la Commanderie peu avant 3 heures puis un troisième vers 6 heures, toujours à Nogent sur le même véhicule qui avait été rallumé.

Les Braqueurs Obtiennent La Relaxe (21/09/2001)

"TROIS-ANS,Jours pour jour après Les faits,deux jeunes agés de 21 et 22 ans.Tout deux sont Originaire du Quartier de La Commanderie,à Nogent-sur-Oise,Auteurs présumés du Braquage de L'entreprise Dentressangle,à Bornel,Comparaissaient,Hier devant Le tribunal de Beauvais.Les faits se sont déroulés dans La Nuit du 18 au 19 Septembre 1998, les entrepôts du transporteur sont délestés de leurs stocks de téléphones portables. Montant du préjudice : 500 000 F (76 224 ?). Les cambrioleurs, évalués entre six à dix personnes, séquestrent le vigile dans le coffre d'une BMW et s'évanouissent dans la nature à bord de puissantes voitures, une Safrane, une Saab, une 306 et la BMW. Hier soir, le tribunal a relaxé les deux jeunes homme mais condamné à trois ans de prison F.G qui avait refusé d'être extrait de la cellule. Dès le début des débats, on sent la fragilité de cette affaire. Le butin n'a été que partiellement retrouvé dans les caves de la cité de la Commanderie, à Nogent-sur-Oise.

Senlis
l'Affrontement met un terme à l'audience du tribunal (29/09/2001)

AUDIENCE MOUVEMENTÉE, hier, au tribunal correctionnel de Senlis. Audience avortée, aussi, puisqu'à la suite d'une bagarre à rebondissements qui a fait un blessé par arme blanche, elle a tout bonnement été suspendue, puis ajournée. Une rixe a éclaté au sein même du tribunal alors qu'une vingtaine de jeunes de la cité de la Commanderie de Nogent-sur-Oise étaient venus soutenir quatre des leurs poursuivis en justice pour des faits de vandalisme commis le 5 juin dernier. Face à eux, une quinzaine de jeunes du plateau de Creil, présents eux aussi pour accompagner un camarade accusé d'avoir pulvérisé du gaz lacrymogène dans un wagon de la SNCF. La bagarre a démarré dans les couloirs du tribunal, ou un jeune creillois a été grièvement blessé au visage d'un coup de couteau porté par un Nogentais, puis s'est transportée à l'extérieur. Après une brève accalmie, les belligérants ont repris les hostilités près de la piscine. Là, les forces de l'ordre sont intervenues pour disperser les jeunes.


Feu de voiture. (08/10/2001)
Nogent-sur-Oise

Un incendie de voiture a eu lieu samedi soir vers 22 h 30 devant le bâtiment C1 dans le quartier de la Commanderie.

Un minibus brûlé. (02/11/2001)
Nogent-sur-Oise

Un minibus a été brûlé mardi soir, vers 23 heures, rue du Docteur-Roux à Nogent-sur-Oise. Les sapeurs-pompiers de Creil ont déployé deux petites lances afin de venir à bout de l'incendie. Un peu plus tard dans la nuit, vers 5 heures, c'est un véhicule qui était incendié dans le quartier de la Commanderie.

NOGENT-SUR-OISE
Nouvelle nuit chaude à la Commanderie (10/11/2001)

L'INTERPELLATION d'un jeune mineur de la Commanderie est à l'origine des incidents survenus jeudi soir dans ce quartier sensible de Nogent-sur-Oise. Pendant près de trois heures, de 21 heures à 23 h 40, des bandes de jeunes ont tenté de provoquer les policiers creillois et les pompiers. Ces heurts se sont soldés par d'importants dégâts : deux véhicules brûlés, des cyclomoteurs incendiés, des caves et des cabines téléphoniques dévastées. Aucun affrontement direct n'a été enregistré mais ces incidents et la série d'incendies volontaires ont une nouvelle marqué les esprits des habitants de Nogent-sur-Oise et des automobilistes qui circulaient aux abords du carrefour Faidherbe. Tout avait commencé peu avant 19 heures. Lors d'un banal contrôle d'identité, les policiers tombent sur un groupe de jeunes à Nogent-sur-Oise. Il s'avère que l'un d'entre eux n'avait pas ses papiers. Les policiers décident alors de le conduire au poste de police pour vérifier son identité. Les pompiers protégés par la police A partir de ce contrôle ordinaire, la tension va vite monter d'un cran dans ce quartier sensible. Peu avant 21 heures, les pompiers sont appelés pour maîtriser divers incendies au sein même du quartier. Sur la RD 200, rue Marcel-Philippe, les jeunes mettent le feu à des détritus afin de surprendre la trentaine de pompiers et les policiers creillois arrivés sur place pour assurer la sécurité. L'extinction de plusieurs foyers (poubelles, voitures) n'a effectivement pu intervenir que sous la protection des forces de l'ordre. La RD 200, entre la RN 16 et le carrefour Faidherbe, a été coupée entre 21 heures et 23 h 40. La présence importante des policiers a toutefois permis de ramener le calme dans le quartier, peu avant minuit

Echauffourées à la Commanderie (12/11/2001)
NOGENT-SUR-OISE

DE NOUVEAUX incidents ont opposé des bandes de jeunes aux policiers creillois, hier en fin d'après-midi, au quartier de la Commanderie à Nogent. Comme jeudi, où plusieurs voitures et cyclomoteurs avaient été brûlés, c'est l'interpellation d'un jeune de la Commanderie qui serait à l'origine de ces échauffourées. Tout commence hier peu avant 17 heures. Les policiers creillois interpellent un jeune Nogentais au guidon d'une moto suspecte dans le quartier de la Commanderie. Aussitôt, alors qu'ils s'apprêtaient à emmener le jeune au poste, les policiers auraient été caillassés par une trentaine de jeunes venus soutenir leur camarade. La voiture de police a essuyé de nombreux jets de pierres ainsi que des véhicules particuliers qui circulaient sur la RD 200. Pour se dégager de ce véritable cul-de-sac, les policiers auraient été dans l'obligation de faire usage de gaz lacrymogènes et de tirer plusieurs fois avec leurs flash-balls (un fusil qui tire des balles en caoutchouc). Après ces nouveaux incidents, la tension était particulièrement vive dans ce quartier sensible. Hier soir, de nombreuses voitures de police étaient donc postées aux abords de la Commanderie, au carrefour Faidherbe. De plus, la RD 200 avait été coupée à la circulation.

Retour au calme dans le quartier de la Commanderie (13/11/2001)
NOGENT-SUR-OISE

AU LENDEMAIN des échauffourées qui ont éclaté, dimanche entre 17 heures et 20 h 30, le calme semblait revenu hier dans le quartier sensible de la commanderie, à Nogent-sur-Oise. Les incidents avaient opposé une trentaine de jeunes appartenant à des bandes rivales, après l'interpellation d'un adolescent sur une moto suspecte. Forces de l'ordre prises à partie Les forces de l'ordre ¬ une vingtaine de policiers et de gendarmes mobiles ¬ intervenues sur place avaient été violemment prises à partie, essuyant notamment des jets de pierres. Des véhicules particuliers circulant sur le CD 200 longeant la cité avaient aussi été victimes de caillassages. Au cours de ces événements, qui n'ont pas fait de blessé, un mineur avait été interpellé et présenté au parquet de Senlis, pour violences contre les policiers et leurs véhicules. Un dispositif de surveillance demeure toutefois aux abords de la Commanderie.

« Pourtant, nous faisons un métier extraordinaire... » (24/11/2001)

Officier de police à Creil OFFICIER DE POLICE à Creil, le capitaine Philippe Duporge, 39 ans, est également secrétaire départemental du syndicat d'officiers Synergie. Avec une cinquantaine de fonctionnaires de police oisiens, il a participé à la manifestation organisée à Lille, mercredi, par plusieurs organisations syndicales pour réclamer de meilleures conditions de travail. A la lumière de son expérience creilloise, il évoque le malaise des policiers. Pourquoi les policiers sont-ils en colère ? Philippe Duporge. Ce qui a déclenché ce ras-le-bol, au plan national, c'est cette impression de mise en danger permanente que vit l'ensemble des policiers. Dans l'Oise, c'est particulièrement vrai à Beauvais, mais surtout à Creil. Quand j'y ai pris mes fonctions il y a trois ans et demi, ce malaise était déjà présent. Ici, même si aucun fonctionnaire ne s'est à ce jour fait tirer dessus, la pression est omniprésente. D'où une forte mobilisation des policiers de l'Oise... Oui. Mercredi, c'est la première fois qu'un autocar complet se déplaçait de l'Oise pour manifester à Lille, tous grades et tous syndicats confondus. Les revendications sont de plus en plus partagées par tous. Pour moi, c'est du jamais vu en quatorze ans de métier. A quel type de violences êtes-vous confronté ? Le danger n'est pas forcément toujours physique. Je suis l'un des trois officiers de quart du commissariat, c'est-à-dire que je travaille la nuit. En moyenne, nous notons chaque semaine pendant nos vacations trois ou quatre affaires d'outrages à agents et de rébellion, parfois violentes. Elles se produisent de plus en plus au cours de simples contrôles routiers ou d'identité. Dernièrement, en pleine nuit, j'ai vu un collègue rentrer couvert de boue après avoir interpellé deux hommes qui se battaient derrière le bowling de Nogent-sur-Oise. Dans ce genre de querelle, il suffit qu'un flic intervienne pour que les protagonistes s'en prennent à lui. Les gens supportent de moins en moins bien de devoir se soumettre à l'autorité de l'Etat que nous représentons, et ce phénomène est exacerbé à Creil. Régulièrement, des collègues sont blessés pendant leur service : un fonctionnaire de la brigade anticriminalité a été mordu jusqu'au sang par un homme atteint du sida, et il y a une dizaine de jours, nous avons été attaqués à coup de parpaings, et non de cailloux, lors d'une intervention dans le quartier de la Commanderie à Nogent. D'ailleurs, les pompiers refusent de s'y rendre sans être accompagnés par l'une de nos équipes, même pour un accouchement !


Toujours des incidents qui ne s'arètte plus à la commanderie (30/11/2001)

Incidents à la commanderie de nouveau incidents et affrontements sont été enregistrés.mercredi en fin d'après-midi,peu après 17Heures,au quartier de la commanderie,à Nogent Sur Oise en n'éffet,à la suite d'un controle routier et d'infractions relevées au Code de la route, un individu a tenté de se soustraire aux forces de police en se réfugiant à la Commanderie. Dès leur arrivée dans le quartier, les policiers ont été « caillaissés ». Un des auteurs des jets de pierre, un jeune majeur nogentais, a été interpellé. Il devrait être présenté aujourd'hui au tribunal de Senlis dans le cadre de la procédure de comparution immédiate.

AU TRIBUNAL/
Il avait caillassé des policiers (01/12/2001)
Nogent-sur-Oise

HUIT MOIS de prison, dont six avec sursis, et maintien en détention en guise de « réponse ferme et immédiate pour éviter qu'un sentiment de zone de non-droit ne se développe » dans la cité de la Commanderie, à Nogent-sur-Oise : c'est la peine infligée par le tribunal correctionnel de Senlis un Nogentais d'originaire congolaise de 20 ans, soupçonné d'avoir outragé des policiers et jeté des pierres sur leur véhicule mercredi dernier, dans ce quartier sensible. Vers 16 h 45 ce jour-là, avenue du 8-Mai-1945, une 205 double sur la voie de gauche une file de véhicules, dans laquelle se trouve la voiture de policiers creillois, grille le feu tricolore et s'évanouit. Les policiers se lancent sur ses traces et la repèrent stationnée dans la cité de la Commanderie. Alors qu'ils relèvent son numéro, ils reçoivent des cailloux jetés par un groupe d'une dizaine de jeunes qui les outragent. Les policiers repartent en marche arrière, puis tombent sur un deuxième groupe cette fois-ci un peut plus nombreux, qui parvient à briser avec des pierres deux vitres latérales du véhicule. Deux fonctionnaires reçoivent des éclats de verre dans les yeux. Des renforts sont sollicités, policiers et gendarmes mobiles.

Voiture incendiée. (04/12/2001)
Nogent-sur-Oise

Une Ford Fiesta a été la proie des flammes dimanche, vers 23 h 30, dans la cité de la Commanderie. L'incendie a nécessité l'intervention des sapeurs-pompiers.

Détritus en feu. (14/12/2001)
Nogent-sur-Oise

Les sapeurs-pompiers sont intervenus afin d'éteindre un feu de détritus mercredi vers 19 h 25, dans un bâtiment de la cité de la Commanderie. Les dégâts sont sérieux.

Feux en série. (22/12/2001)
Bassin creillois

Les sapeurs-pompiers ont été sollicités à plusieurs reprises dans la nuit de jeudi à vendredi afin d'éteindre des incendies : celui d'un conteneur à ordures vers 18 h 40 rue des Usines à Creil, celui d'un réfrigérateur à 19 h 45 dans une cave de la cité de la Commanderie à Nogent-sur-Oise, et celui d'un local vide-ordures peu après 3 heures au deuxième étage du foyer Sonacotra, avenue Saint-Exupéry au quartier Ville-Verte, à Nogent.

Voleuses chez Stocomani. (24/03/2004)
Creil
Deux jeunes femmes de 25 ans ont été prises la main dans le sac en train de voler des vêtements chez Stocomani, rue Jean-Jaurès à Creil. Ces deux femmes, originaires de la Commanderie, à Nogent-sur-Oise, avaient dissimulé le fruit de leur larcin sous leurs vêtements. Il y avait surtout des habits d'enfants et le montant du préjudice s'élève à 150.

Incendies à la Commanderie. (21/01/2003)
Nogent-sur-Oise

Les sapeurs-pompiers se sont déplacés à la cité de la Commanderie afin de maîtriser l'incendie d'une Peugeot 405, hier vers 1 heure. Un peu plus tôt dans l'après-midi, ils avaient éteint à l'aide d'une petite lance un feu de cave qui s'était déclaré dans le bâtiment J.

Voitures incendiées. (0/05/2003)
Nogent-sur-Oise

Deux voitures ont été brûlées, mercredi, vers 17 h 40, au sein du quartier de la Commanderie. Les sapeurs-pompiers de Creil sont intervenus à l'aide d'une petite lance.


Le voleur précoce placé .(12/04/2004)

Le jeune voleur de 14 ans originaire de La Commanderie à Nogent, qui alignait pas moins de onze gardes à vue pour des vols à la portière, a été envoyé dans un foyer à Villemomble (Seine-Saint-Denis), après un détour par le cabinet du juge des enfants de Senlis

Il fonce sur la BAC à moto.(15/04/2003)
Nogent-sur-Oise

A 15 ans, ce jeune Nogentais est déjà bien connu par la police. Samedi après-midi, il a tenté de foncer sur la BAC alors qu'il pilotait une moto. Il a dérapé et s'est enfui à pied. Il s'avère que l'engin avait été volé dans un home jacking à Laigneville. Quant au mineur, il a été interpellé par la police hier matin à son domicile de Nogent sur Oise.

Evacuation. (24/11/2004)

Le feu s'est déclaré hier vers 18 h 45, dans une cave de la Commanderie à Nogent. Les pompiers sont intervenus rapidement pour maîtriser l'incendie. Une famille a été évacuée le temps de l'intervention. On ignore les raisons exactes du sinistre.

Deux Nogentais,Treize et Quinze Ans Requis (29/04/2008)

Quinze Ans Contre Mohssin,Treize Contre Anoir,Assortis d'une Peine de Sureté des Deux Tiers ont été Requis Hier par l'Avocat Général.Les Deux Caids de La Commanderie sont Jugés depuis une semaine[ devant La Cour d'Assises Spécial de Douai pour Direction ou Organisation d'un Groupement Ayant pour but l'Importation,Le Transport,Cession en Bande Organisée de Produis Stupéfiants

Roulottiers interpellés.(31/10/2003)
Nogent-sur-Oise
Mercredi, la police a interpellé un individu qui venait de commettre des vols dans des véhicules stationnés rue Faidherbe à Nogent. Six voitures dégradées ont été recensées ce soir-là. Les voleurs à la roulotte avaient mis à profit une remise de diplômes au château des Rochers pour piller tout ce qui se trouvait sur le parking. L'homme interpellé n'a eu d'autre choix que de reconnaître les faits : il a été retrouvé avec une plaquee arrière dans les mains. Echec au voleur,originaire de la commanderie. En revanche, ils ont vu s'échapper la silhouette d'un gamin « qui avait environ 8 ans et faisait le guet »En effet, dans le coffre de sa voiture, les policiers ont découvert un nombre important d'autoradios et de lecteurs DVD.

Voiture en feu. (26/06/2006)
Nogent-sur-Oise

Les sapeurs-pompiers sont intervenus samedi, dans l'après-midi, afin d'éteindre l'incendie qui a détruit une voiture au sein de la cité de la Commanderie.

Voiture en feu. (27/12/2006)
Nogent-sur-Oise

Les sapeurs-pompiers sont intervenus pour éteindre l'incendie qui a détruit un véhicule lundi, en fin de journée, dans la cité de la Commanderie.


Un traffic de voitures volés d'armes et de cannabis démantélé (16/10/2001)


La police judiciaire de Creil vient de démanteler un important traffic de voitures volées et de cannabis et d'armes qui partaient de Nogent Sur Oise.deux frère agés d'une vingtaines d'années ont été interpeller au quartier de la commanderie..

Au Volant d'une voiture volée à 14 ans (30/03/2004)

Samedi vers 18 Heures,La Police de Creil à mis un terme au rodéo automobile d'un jeune de La Commanderie,il n'avait que 14 ans et circulait au volant d'une voiture volée.Son interpellation a donné du fil à retordre aux forces de l'ordre, qui ont dû le poursuivre à pied. Le jeune voleur a ensuite appelé une dizaine de jeunes à la rescousse. Il s'est ensuivi un caillassage, qui n'a fait heureusement aucune victime. Placé en garde à vue, l'adolescent a refusé de reconnaître l'évidence. Il est également soupçonné dans un autre dossier. Vendredi 26 mars, un motard est importuné en gare de Creil par quatre individus. Il aurait reconnu l'un des agresseurs, qui ne serait autre que le chauffard de la Commanderie.

Montée de Tension, à La Commanderie.(19/06/2004)

Montée soudaine de tension hier, au Quartier de La Commanderie, en milieu de journée, une Cinquantaine de personnes ont bloqué La Circulation sur la D 200 qui longe le quartier avec des poubelles, ils ont formé un véritable barrage, empêchant tout passage des véhicules. Le Maire Claude Brunet, ainsi que des policiers de Creil également sur place sont les cibles de jets de pierre et des projectiles, notamment des pavés, des bouteilles et des casseroles sont été lancés par des jeunes. Les habitants se sont mis en colère quand ils ont découvert que le maire avait fait boucher le tunnel qui passe sous le CD 200 et relie les immeubles de la Commanderie à la rue Désiré-Veret, de l'autre côté. Deux monticules de terre empêchent effectivement tout passage depuis hier matin. Une initiative pour un besoin de sécurité Djamel Benkherouf, natif du quartier et candidat lors des dernières élections cantonales, s'est mis à la tête de la protestation : « C'est fou ! C'est le seul accès pour les habitants à l'arrêt de bus sur la rue Désiré-Veret et on le ferme. Les gens vont être obligés de traverser le CD 200, avec toutes les voitures qui passent ici ? » De son côté, Claude Brunet explique son initiative par un besoin de sécurité : « Certains individus, venant de la Commanderie, sortent par le tunnel rue Désiré-Veret et s'attaquent aux automobilistes, explique-t-il. Il y a eu de nombreuses plaintes pour vol à la portière, dans les véhicules, ces dernières semaines. Ensuite, ils retournent tranquillement dans leur quartier par le tunnel, sans crainte d'être poursuivis.

Voiture en feu. 14/01/2003)
Nogent-sur-Oise

Les pompiers sont intervenus vers minuit, dans la nuit de dimanche à lundi, afin d'éteindre l'incendie qui a détruit une Clio au coeur de la cité de la Commanderie.

Voitures en feu. 25/10/2004)

Afin de maîtriser des feux qui ont détruit deux voitures, les pompiers ont dû se rendre à deux reprises dans la cité de la Commanderie, samedi, vers 18 h 40 puis vers 19 h 30.

Au Tribunal,Deux ans pour l'Auteur du Coup de couteau (03/10/2001)
Nogent-Creil/

DEUX-ANS de prison ferme Assortis d'un sursis d'un an.Le Tribunal Correctionnel de Senlis a voulu pronnoncer une peine exemplaire à l'encontre d'Un Nogentais de 19 ans qui a grièvement blessé au Visage d'un jeune creillois d'un coup de couteau,Lors d'Un Violent Affrontement qui ont éclaté entre Une Bande de jeunes du Plateau-Rouher de Creil au Jeunes de La Commanderie de Nogent-sur-Oise,Vendredi dernier au palais de justice de senlis

Pompiers et policiers caillassés. (04/04/2003)
Nogent-sur-Oise
Mercredi, peu avant 21 heures, les sapeurs-pompiers de Creil sont intervenus au quartier de la Commanderie pour secourir une femme blessée à la suite d'un différend familial. Mais contre toute attente, leur voiture a été coincée et caillassée par des jeunes du quartier. L'intervention de la police, également prise pour cible, a été nécessaire pour dégager le véhicule des sapeurs-pompiers. L'incident n'a pas fait de blessés.

Les pompiers caillassés. (25/06/2003)

Alors qu'ils intervenaient, lundi vers 22 h 20, pour éteindre un feu de détritus sur la voie publique dans la cité de la Commanderie, les deux véhicules des sapeurs-pompiers ont été la cible de jets de pierres et d'objets. Les policiers se sont rendus sur place.

Fusillade à la commanderie (02/11/2003)
Nogent sur Oise

Incidents en série dans Le Quartier de La Commanderie,à Nogent sur Oise,Au cours de la nuit de vendredi à hier.Feux de poubelles et caillassage des pompiers ont précédé une fusillade aux motivations très floues. Plusieurs coups de fusil de chasse ont été tirés et une voiture a fini sa course contre un mur.

L'agitation continue à la Commanderie (03/11/2003)
Nogent-sur-Oise

HIER DIMANCHE, les policiers creillois sont retournés à la Commanderie. Ils s'interrogent toujours sur ce qui s'est réellement passé dans la nuit de vendredi à samedi, dans ce quartier sensible de Nogent-sur-Oise (notre édition d'hier) . Ils ne savent toujours pas pourquoi un homme, qualifié de « gitan » par des témoins, a fait feu à plusieurs reprises sur des jeunes du quartier. « Il reste encore de nombreuses zones d'ombre, reconnaît un enquêteur. Et les témoignages divergent. »Dans le quartier, on évoque une vengeance. L'homme serait venu à la Commanderie parce que des jeunes auraient dérobé le portable de sa compagne. Hier matin, à quelques mètres du lieu de l'agression, deux véhicules ont brûlé. Mais, selon les policiers, ces incendies n'auraient rien à voir avec les événements de vendredi soir. « Ces deux voitures nous avaient été signalées comme volées », assure un enquêteur.

Epaves en feu. (04/11/2003)
Nogent-sur-Oise

Deux véhicules abandonnés ont été la proie des flammes, dimanche, peu avant 19 heures, dans la cité de la Commanderie, ce qui a nécessité l'intervention des sapeurs-pompiers.

Deux arrestations à la Commanderie (06/11/2003)

QUATRE JOURS après la spectaculaire fusillade (un automobiliste a tiré à six reprises sur les habitants) qui a fait deux blessés légers vendredi soir, au sein du quartier de la Commanderie, à Nogent-sur-Oise (nos précédentes éditions), la police a décidé de frapper fort. Mardi soir, une dizaine de policiers creillois épaulés par une section de CRS, soit douze hommes supplémentaires, ont effectué une descente très remarquée et très ciblée dans ce quartier sensible. L'opération a été menée entre 21 h 30 et 23 heures. Les différents contrôles d'identité, inspection des caves et autres parties communes des immeubles de ce quartier délabré, ainsi que les fouilles méthodiques des coffres des voitures ont permis l'arrestation de deux suspects. Le premier était recherché depuis plusieurs semaines. Il est mis en cause dans une affaire de viol et devait être entendu depuis très longtemps par les policiers du commissariat de Creil. Le second, un habitant de la Commanderie de 23 ans, est suspecté de recel de vol d'autoradios.

Vigilance et controle Maximale à La Commanderie (09/11/2003)

Le Week-end dernier,un automobiliste fou tirait à six-reprises au hasard et bléssait un jeune homme de La Commanderie d'une décharge de fusil de chasse pour la deuxième soirée de la semaine,La police à de nouveau investie le quartier dans la nuit de vendredi à samedi,vendredi soir,Quinze CRS été déja sur place Sous les ordres du commissaire Pascal Belin ont contrôlé pendant une heure ce quartier « Cocotte-Minute ». Les fins de semaine se suivent, mais ne ressemblent pas forcément dans cette zone défavorisée de Nogent. Il y a tout juste une semaine, elle était à nouveau au bord de la crise. Vendredi dernier, des coups de feu avaient retenti entre les immeubles. Un homme qui téléphonait dans une cabine avait été blessé par une balle perdue. La Commanderie recommençait à s'échauffer. La tension n'était pas tout à fait retombée puisque, cette semaine, deux voitures ont été incendiées. Dans ce contexte électrique, la police a décidé de mener deux opérations de « sécurisation ». La dernière en date se déroulait vendredi soir. Une mission menée en douceur puisqu'il s'agissait uniquement d'inspecter les caves et de contrôler les entrées et les sorties du quartier. Par habitude ou par lassitude, les habitants n'ont pas ouvert les fenêtres pour assister au jeu de cache-cache entre les policiers et les gamins du quartier comme c'est souvent le cas. Pas d'épaves en feu pour défier les policiers et les caillasser pendant leur intervention. L'opération vise, comme le rappelle le commissaire Belin, « à sécuriser et à montrer que la police est présente ». Les CRS ne sont pas bardés de la panoplie antiémeute. Pas de casque ni de bouclier. Seule l'équipe qui ouvre la voie circule avec des protections et des flash-balls. « Il y a deux ans, nous n'entrions pas dans la Commanderie sans casque », fait remarquer le commissaire.

La Commanderie sous haute surveillance (09/11/2003)
NOGENT-SUR-OISE.

Le quartier sensible de la Commanderie a été de nouveau investi, dans la nuit de vendredi à samedi, par policiers et CRS. Il s'agissait de sécuriser les lieux avec la présence des forces de l'ordre après les incidents du week-end dernier. Pour des raisons toujours très floues, un automobiliste avait ouvert le feu au fusil de chasse en direction de jeunes du quartier, blessant l'un d'eux avant de prendre la fuite. Les jours suivants, plusieurs voitures avaient été incendiées. Ce week-end, les contrôles n'ont rien révélé et le quartier semblait calme.


Dit-Huit mois pour avoir Tabassé son Amis et Mis le feu à son Appartement (28/09/2005)
Nogent-sur-Oise/

"Les Faits sont extrèmement graves au regarde de l'actualité récente.dans Le Quartier de La Commanderie,à Nogent-sur-Oise,Nous somme passé tout près d'un drame,dans l'incendie de la tour HLM de l'Hay-les-Roses (Val-de-Marne),C'est également pour un motif futile que dix-huit personnes sont décédés.ce jeune homme à rouer, de coups de pied et de poing, puis à quasiment achever à coups de bâton, son « ami » , hébergé dans ce quartier sensible de Nogent-sur-Oise, le mardi 17 février. Alors qu'il laissait sa victime ensanglantée pour morte sur le sol, Moussa D n'a pas hésité à finir le travail, en mettant le feu volontairement à l'appartement du bâtiment G 3. Le miraculé s'était finalement extirpé in extremis du piège, rampant jusqu'à la porte d'entrée de l'appartement avant d'être secouru par un voisin

Un Couple de Turcs impliqué dans un Réseau de travail Clandestin (24/11/2003)

C'est la Suite d'une Commission Rogatoire lancée par un juge rennais qu'un Couple de Ressortissants T...a été interpellé,Mercredi dernier,à Nogent sur Oise.Le Groupement d'Intervention Régionale (GIR) de Picardie a fait irruption à leur domicile dans La Cité de La Commanderie dés 6 heures.

Un Mineur de 15 ans conduit au Centre-éducatif fermés (28/11/2003)

Lundi,vers 20 heures dans le quartier de la comman,derie,à nogent-sur-oise,Alors que les policiers intervenaient pour un différend familial,Ils sont tombés sur un Mineur de 15 ans recherché depuis plusieurs mois.de multiples infractions lui sont reprochés:plusieurs cambriolages,Vols avec violence,vol à la portière sur la CD 200,Plus grave,il est accusé d'avoir agressé à coups de marteau des personnes âgées de Laigneville. Depuis l'âge de 13 ans, il sillonne le Bassin creillois au volant d'une voiture à la recherche d'un mauvais coup. Il ne sévissait pas uniquement en ville mais aussi chez les gendarmes. Pour l'interpeller, ces derniers ont employé les grands moyens. En vain. « En septembre, nous avions organisé des opérations avec des gendarmes équipés de gilets pare-balles pendant trois après-midi. Il était armé. » Chaque fois il a échappé au dispositif. Défier les autorités était devenu un jeu. Plusieurs fois, il n'avait pas hésité à tamponner la voiture de la police municipale de Nogent-sur-Oise qui le poursuivait.

BEAUVAIS
Interpellé lundi il s'échappe samedi (02/12/2003)

TROIS PETITS JOURS et puis s'en va. Conduit mercredi dernier au centre éducatif fermé (CEF) de Beauvais, un mineur nogentais a profité d'une sortie organisée... à Nogent-sur-Oise, samedi, pour prendre la poudre d'escampette. Un avis de recherche a été lancé. Si les policiers le retrouvent, il ne retournera pas au CEF mais en maison d'arrêt. C'est lundi dernier que les policiers ont interpellé le jeune homme, âgé de 15 ans, lors d'une intervention au quartier de la Commanderie, à Nogent-sur-Oise. On lui reproche notamment plusieurs cambriolages et des vols à la portière sur le CD 200. « Comme il n'a pas encore 16 ans, le juge pour enfants ne pouvait le placer en détention jusqu'à son procès, explique-t-on au tribunal de Senlis. En l'envoyant au CEF, nous l'avons en quelque sorte placée sous contrôle judiciaire. En fuguant, il a donc enfreint ce contrôle. » Les mineurs logés dans un CEF peuvent bénéficier de sortie placées sous la responsabilité d'éducateurs du centre. Samedi, c'est un après-midi au bowling qui était proposé aux jeunes délinquants. C'est là que le jeune homme a échappé à la vigilance de ses accompagnateurs. Lundi 24 novembre à 20 heures, Sur place, l'interpellation ne sera pas de tout repos. Le récalcitrant est armé, il essaie de rameuter ses copains du quartier pour en découdre avec la police. Finalement il est maîtrisé et placé en garde à vue où il nie tout en bloc. Le juge des enfants décidera de le confier au centre éducatif fermé de Beauvais, un lieu qui héberge les mineurs délinquants particulièrement durs.

NOGENT-SUR-OISE/
Le caïd de15 ans court toujours (03/12/2003)
Evasion

IL N'A QUE 15 ANS et quelques mois. Mais un passé judiciaire digne d'un caïd chevronné. Quinze affaires l'attendent au commissariat et une vingtaine à la gendarmerie. Des vols avec violence, des vols à la portière ou des agressions de personnes à l'arme blanche. Samedi dernier, ce jeune Nogentais a encore ajouté une péripétie dans ce casier sans fin.


NOGENT-SUR-OISE
Le « fléau » refait surface (15/12/2003)

PLACÉ depuis la fin novembre au centre éducatif fermé de Beauvais (CEF) après une interpellation et une garde à vue rocambolesque, Karim*, 15 ans, était recherché depuis deux semaines par police, qui le juge « particulièrement dangereux ». Trois vols en moins de deux semaines Cet adolescent surnommé « le fléau » et au casier judiciaire à faire pâlir des délinquants chevronnés s'était fait la belle quelques jours après son arrivée au CEF, à la faveur d'une sortie avec des éducateurs au centre commercial Auchan de Nogent-sur-Oise. Hier après-midi, après avoir commis en moins de deux semaines la bagatelle de trois vols, dont l'un avec violence, ce caïd a refait surface dans le quartier de la Commanderie de la ville, alors qu'en compagnie d'une bande d'autres mineurs, il a agressé un jeune homme à l'aide de couteaux et de tournevis, et l'a fait descendre de son quad. Malgré l'intervention d'un témoin pour tenter de le neutraliser, « le fléau » a réussi à prendre la fuite à bord du véhicule. Il court toujours

Le braqueur de boulangeries arrêté (15/01/2008)
Laigneville - Monchy

Un jeune de 20 ans, domicilié à Nogent, a été arrêté le 9 janvier à la suite d'une opération des gendarmes de Clermont. Plusieurs jours d'investigations leur ont permis de retrouver la piste de ce jeune soupçonné de deux braquages. Le 6 décembre,deux homme encagoulés s'attaquait à une boulangerie de Laigneville, vers 19 h 30. Armé d'une bombe lacrymogène, le voleur a gazé le boulanger avant de s'enfuir avec 250 €. Le 27 décembre, il commettait le même vol chez un autre boulanger de Monchy-Saint-Eloi. Le préjudice était évalué à près de 400 €.

Menace envers Un policier creillois (19/10/2005)

Ils ont éssayer de s'emparés d'un Quartier de Nogent-sur-Oise (Oise) «La Commanderie,c'est chez nous!» «Fils de .... t'est mort! on se revérra,ça se passera entre toi et moi,tu vérras.La commanderie c'est chez nous!»C'est pour avoir lancé ces propos à l'adrèsse d'un policier creillois jeudi soir.


Enlevé, séquestré, frappé et humilié dans une cave (04/06/2004)
Précy-sur-Oise-Nogent

TORTURES et perversité ! Vincent, 25 ans, est encore en état de choc. Effrayé par les sévices qu'il a endurés, on ne sait toujours pas s'il trouvera le courage et la force de venir témoigner aujourd'hui à la barre du tribunal de Senlis face à ses trois tortionnaires. Difficile pour lui d'effacer les terribles images de son calvaire. Enlevé le soir du lundi 24 mai à Précy-sur-Oise par trois jeunes de l'agglomération creilloise, Vincent est séquestré toute la nuit dans une cave sordide du Quartier de La Commanderie de Nogent-sur-Oise. Une nuit de cauchemar commence alors pour ce jeune homme originaire de Seine-Saint-Denis. Après avoir subi un tabassage en règle, Vincent va être humilié par ses trois bourreaux.Passé à tabac, à coups de pieds et de poings, frappé à la tête avec un cric de voiture, la nuit va paraître interminable à Vincent.Les tortionnaires iront jusqu'à uriner à tour de rôle sur le corps du jeune homme. Des pratiques jugées « d'une rare violence psychologique »


Attaquée dans sa Voiture (19/08/2008)

Une automobiliste octogénaire circulant rue Faidherbe à Nogent-sur-Oise s'est fait dérober son sac à main, par un jeune individu qui a ouvert la portière de sa voiture et s'est saisi du sac à main avant de prendre la fuite en direction de la Commanderie. Un témoin présent a pu prévenir la police et les fonctionnaires ont pu interpeller l'auteur présumé des faits avec des difficultés. L'adolescent de 16 ans a été placé en garde à vue.

Deux ans de prison pour les agresseurs (20/01/2009)
Creil

Présentés hier en comparution immédiate deux jeune homme de 19 ans, originaire du quartier de la Commanderie,à Nogent-sur-Oise, ont été condamnés à deux ans de prison ferme pour des violences en récidive. La scène se déroule jeudi en gare de Creil vers 19 h 30, lorsque qu'un jeune aperçoit un jeune homme qu'il soupçonne d'avoir volé le téléphone portable de son ami. Ce dernier entraîne le jeune voleur présumé du côté de la rue Despinas, le temps qu'arrive son ami. Tout va alors très vite : la victime est jeté à terre, tandis que l'ami en question déboulent subitement et le frappe violemment à l'aide d'un bâton. Un ami du malheureux s'interpose et parvient à écarter celui-ci, mais l'autre continue à lui donner des coups de pied au visage alors qu'il est à terre. « J'ai bien cru que j'allais mourir », dira la victime aux policiers qui mettent fin à l'agression en interpellant le duo, et un mineur qui les accompagnait. Le jeune homme battu s'en sort avec cinq jours d'ITT et le visage complètement tuméfié, et jugera préférable de ne pas venir à l'audience d'hier, préférant expédier sa constitution de partie civile par fax. Dans le box, les deux « jeunes » n'ont pas l'air émus outre mesure par ce qui leur est reproché. Les deux copains n'auraient d'ailleurs jamais dû se trouver ensemble dans la mesure où un contrôle judiciaire en cours leur interdisait de se rencontrer. Ajoutés à leurs antécédents judiciaires et une insertion professionnelle aléatoire, le tribunal a suivi les réquisitions de la substitute du procureur, condamnant les deux hommes à deux ans de prison ferme, avec maintien en détention.








[ Ajouter un commentaire ] [ 9 commentaires ]
Partager ▼

# Posté le mercredi 16 avril 2008 21:12
Modifié le samedi 31 octobre 2009 18:07


Nogent sur Oise (60):Les Obiers

Le centre d'animation part en fumée (08/11/2005)
Nogent-sur-Oise/

DEPUIS le début des troubles, de nombreux bâtiments publics ont été pris pour cible. Le département n'échappe pas à la règle. Dans la nuit de dimanche à lundi, c'est le centre d'animation et de loisirs de Nogent-sur-Oise qui a été détruit par les flammes. « C'est triste et révoltant. » Hier matin, Louis Amiel, le président du centre d'animation, ne peut que constater les dégâts. La salle dédiée aux activités ludiques pour les enfants et qui abrite également le local informatique est ravagée. La porte située à l'arrière a été forcée par plusieurs individus. C'est de là qu'a été lancé le cocktail Molotov. Tout a brûlé en quelques minutes : les postes informatiques, les jouets des enfants, les livres et l'ensemble du mobilier. Le préjudice se monte à plus de 40 000 . Certains animateurs se retrouvent au chômage technique. « C'était la salle des enfants, se lamente Sabine Robillard. Il n'en reste plus rien. C'est vraiment terrible .

Deux trafiquants arrêtés. (25/01/2008)
Nogent-sur-Oise/

Mardi soir, lors d'un contrôle routier boulevard Branly dans le quartier des obiers à Nogent, les policiers creillois ont arrêté deux détenteurs de résine de cannabis. Deux grammes sur le conducteur et un sachet de 200 g sur son passager. Si la perquisition au domicile du premier n'a rien donné, les policiers ont eu plus de chance chez le second. Contrairement à ce qu'il avait déclaré, celui-ci, âgé de 21 ans, A son domicile ont été saisis 30 g de résine de cannabis et un important matériel servant à conditionner la cocaïne. Les deux trafiquants seront jugés le 5 mars.

Hier, 19 heures, les violences reprennent (08/11/2005)
Nogent-sur-Oise/

dans le quartier des Obiers, un chauffeur routier contemplait les restes de son 44 tonnes. « Cela fait six ans que je stationne mon camion avenue du 8-Mai, explique Jean-Luc. Les vandales n'ont pas hésité à briser le pare-brise avant de mettre le feu à la cabine. C'est consternant. Je dois maintenant attendre le remboursement des assurances avant de pouvoir retravailler ! »

Feux de voiture et de papiers. (16/01/2001)
Nogent-sur-Oise

Un véhicule a été détruit par les flammes, hier vers 2 h 50, à hauteur du 6, rue de Creil. Auparavant, peu après minuit, les sapeurs-pompiers étaient intervenus au 16, rue du Professeur-Calmette au quartier des obiers pour un feu de papiers dans une gaine de ventilation.

Feu de cave. (29/02/2000)
Nogent- sur-Oise

Les sapeurs-pompiers sont intervenus dimanche, vers 23 h 40, afin d'éteindre un feu de cave qui s'était déclaré rue du Professeur-Calmette au quartier des Obiers.

Feux de poubelles.(30/07/2003)
Nogent-sur-Oise/

Les sapeurs-pompiers sont intervenus à deux reprises, hier, pour éteindre des incendies de poubelles : peu après 3 heures, rue du Docteur-Schweitzer, et une demi-heure plus tard rue du Professeur-Calmette aux obiers.

Voiture incendiées (01/02/2009)
Nogent-sur-Oise

Hier soir, à 22h30, deux voitures ont été incendiées au secteur du boulevard Branly dans le quartier des Obiers

Voitures incendiées à Nogent (16/07/2009)

Une voiture de plus, a été incendiée mardi vers 18 h 30 à Nogent-sur-Oise, sur le parking de la mairie. Cela porte le nombre d'incendies criminels à sept depuis les festivités du 14 juillet. Jean-François Dardenne, le maire, s'est rendu sur place. Actuellement Nogent paye le plus lourd tribut en matière d'incendies suspects dans le Bassin creillois. vers 1 h 20, trois autres voitures s'embrasent rue du Professeur-Calmette au quartier des Obiers. A 6 h 10, les secours interviennent pour plusieurs autres feux de voitures.




[ Ajouter un commentaire ] [ 7 commentaires ]
Partager ▼

# Posté le mercredi 16 avril 2008 21:14
Modifié le mardi 25 août 2009 00:46


Nogent sur Oise (60):Les Obiers

Les jeunes violents en prison pour trois mois (10/09/1998)
Après une agression collective

A l'heure où les différents partenaires institutionnels présentent un contrat local de sécurité pour contrer l'insécurité dans le bassin creillois, le dossier de violence présenté hier devant le tribunal de Senlis atteste si besoin était de l'urgence des mesures préconisées par ce document. Dimanche 6 septembre, à 14 h 30, un automobiliste roule boulevard Branly dans la cité des obiers.lorsque trois enfants d'une dizaine d'années lancent des cailloux sur son véhicule. Le conducteur s'arrête et entreprend de poursuivre à pied les jeunes auteurs de ce geste stupide qui aurait pu avoir de graves conséquences. Mal lui en prend car, rapidement, il se retrouve encerclé par des jeunes gens plus âgés et agressifs. Trois, quatre puis bientôt une vingtaine de jeunes cernent l'automobiliste, qui tente alors de prendre la fuite. Ses agresseurs le rattrapent, le ceinturent tandis que l'un d'eux lui assène des coups de poing et de bâton. Malgré la présence de nombreux témoins aux fenêtres des appartements voisins, personne n'intervient

Dégradations et outrages. (19/08/1998)

Un Nogentais de 21 ans en état d'ivresse s'est fait interpeller alors qu'il commettait des dégradations dans son immeuble situé boulevard Branly de la cité de l'Obier samedi vers 19 heures. Au moment où les forces de police voulaient le maîtriser il s'est débattu et les a insultés. Il sera convoqué prochainement devant le tribunal correctionnel de Senlis.

Vol de portefeuille.(10/09/2000)

Les policiers de Creil sont intervenus vendredi soir, vers 20 h 30, au 14, rue du Professeur-Calmette au quartier des Obiers, car un jeune venait de se faire voler son portefeuille. Peu après les faits, une altercation éclatait entre un groupe de jeunes dans le quartier et le voleur était désigné parmi le groupe. Il s'agit d'un jeune Nogentais âgé de 17 ans qui a été interpellé.

Il avait jeté des pierres sur les gendarmes (24/06/2002)
Nogent-sur-Oise/

JETS DE PIERRES sur des gendarmes et rébellion lors de son interpellation : c'est ce qui était reproché à Amir, un Nogentais de tout juste 18 ans, devant le tribunal correctionnel de Senlis. Le 19 mai dernier, l'arrestation de deux personnes dans une voiture volée avait provoqué l'attroupement d'Une Cinquantaine de jeunes du quartier des Obiers,à Nogent-sur-Oise. Le renfort des gendarmes en mission de fidélisation avait été sollicité. Mais, à leur arrivée, ceux-ci avaient été accueillis par des pierres et divers objets. Deux jeunes ont été particulièrement repérés puis interpellés : deux gendarmes expliqueront qu'ils n'avaient pas vu l'un des deux, mineur, jeter des pierres dans leur direction, mais qu'en revanche le second, Amir, ne s'en était pas privé. Ils l'avaient coursé puis rattrapé, comme le mineur, alors qu'il pénétrait dans son immeuble, rue du Professeur- Calmette.

Règlement de Comptes au FlashBall (26/04/2003)
Nogent-sur-Oise

"La Détention m'a rendu nerveu,j'ai Craqué".Hier,Le Tribunal Correctionnel se penchait sur les excés Un Jeune Nogentais de 23 ans,à La nervosité à fleur de peau.Il Comparaissait détenu pou une version Moderne de Western:Le 14 avril à Nogent-sur-Oise, boulevard Branly, il avait poursuivi son ennemi héréditaire, Mohamed E.., armé d'un gum-cogne, c'est-à-dire une arme qui tire des balles en caoutchouc, encore appelée flashball. Une vraie scène de Far West en plein après-midi. Cheikh a d'abord tiré sur Mohamed E , le blessant à la jambe. Il l'a ensuite coursé avec son arme en tirant dans sa direction. A bout de souffle, Mohamed E s'est fait rattraper par son agresseur, qui l'a roué de coups. Haine héréditaire Avec ses mots choisis, M e Robin, avocat de Cheikh, hésite à parler de haine. C'est pourtant bien de cela qu'il s'agit. Une haine héréditaire qui oppose ces deux familles. La relève est même assurée par les petits frères, qui viennent de se retrouver devant le tribunal pour enfants.


NOGENT-SUR-OISE/
Quand le GIR « nettoie » un quartier
Arrestations
(06/12/2002)


SEIZE INTERPELLATIONS, huit mises en examen, quatre personnes écrouées et onze affaires annexes élucidées ! Une banale enquête sur quelques dizaines de chèques volés et écoulés sur Nogent-sur-Oise s'est prolongée ces deux derniers mois par une opération d'ampleur menée - pour la première fois dans l'agglomération creilloise - avec le concours du GIR. Ce groupement d'intervention régional, mis en place en juin dernier, est engagé dans la lutte contre la délinquance itinérante et l'économie souterraine et est composé de permanents et de personnels mobilisables le cas échéant. « D'ordinaire, les faits nous sont rapportés par des victimes qui poussent la porte du commissariat, mais il nous manque parfois des éléments, note le commissaire central Pascal Belin. Cette fois, la démarche a été originale : nous avons entrepris de faire du porte-à-porte afin de réunir les preuves. » L'été dernier, des chèques volés sont utilisés chez des commerçants nogentais. Les premières investigations aboutissent à l'interpellation de plusieurs jeunes filles du très enclavé quartier Calmette. Celles-ci ont été manipulées par une poignée de jeunes gens de 16 à 18 ans auteurs de vols de sacs et qui les obligeaient à employer les formules de chèques dérobéesles éléments recueillis permettent de solutionner violences volontaires sur un gardien, dégradations diverses, vol en réunion avec arme, tentative d'extorsion, vol par effraction ou à l'étalage, infraction à la législation sur les stupéfiants, recels.



Série de véhicules incendiées. (23/03/2005)

Le lendemain soir, en raison de la présence de jeunes attroupés, un nouveau feu de voiture rue du Professeur-Calmette, toujours à Nogent, a également nécessité le concours des policiers pour que les sapeurs-pompiers puissent éteindre le brasier sans difficultés...

Un automobiliste agressé. (06/06/2009)
Nogent-sur-Oise

Mercredi soir, deux individus, âgés de 16 et 17 ans se sont acharnés sur le propriétaire d'une voiture, boulevard Branly dans le quartier des obiers. Les deux jeunes étaient installés sur sa voiture lorsque le propriétaire les a priés de descendre. Des coups ont été échangés. La victime a eu la mâchoire fracturée. Connus des services de police, ils ont été déférés hier au parquet de Senlis.



[ Ajouter un commentaire ] [ 1 commentaire ]
Partager ▼

# Posté le mercredi 16 avril 2008 21:21
Modifié le mardi 25 août 2009 12:22


Nogent sur Oise (60):Les Obiers

une nuits chaudes (29/02/2000)

Lundi 21 février. un véhicule est incendié et sept autres dégradés quartier de l'Obier. Deux mineurs sont interpellés.

Feu de poubelles. (28/07/1998)
NOGENT-SUR-OISE

Un feu de poubelles s'est déclaré vendredi soir, dans le local vide-ordures d'un immeuble du 14, rue du Professeur-Calmette au quartier de l'obier. Les sapeurs-pompiers de Creil, intervenus sur les lieux vers 20 h 30, ont pu rapidement éteindre les flammes, avant de ventiler le local enfumé.

Scooter brûlé (30/06/2002)

Les pompiers de Creil sont intervenus vendredi soir, peu avant minuit, rue du professeur Calmette au quartier des obiers, à Nogent-sur-Oise, où des individus avaient mis le feu à un scooter.

La mère dénonce son fils.(16/06/2004)
Nogent-sur-Oise/

C'est une mère qui a conduit son propre fils au commissariat de Creil hier, après que cet adolescent de 17 ans eut ramené un ordinateur volé au domicile familial. Placé en garde à vue, le jeune homme a avoué s'être introduit dans les locaux du centre d'animations et de loisirs de Nogent, boulevard Branly du quartier des obiers, dans la nuit de dimanche à lundi. Des dégradations importantes avaient été commises et 200 en numéraire, un ordinateur, des enceintes et du matériel avaient été dérobés. Dans la foulée, ses deux complices, âgés de 15 et 17 ans, ont été appréhendés. Tous trois ont reconnu les faits. Ils devront comparaître prochainement devant un juge.

(08/05/2007)

hier soir,peu après 22 heures,les secours pompiers de Creil sont intervenu dans le quartier des obiers à Nogent Sur Oise,pour des feu de poubelles et de véhicules,aparament une vague de vandalisme qui concerneraient l'anonce du résultatprésidentielle de dimanche soir

Voleurs de Téléphone Arretés (04/07/2008)
Nogent-sur-Oise/


Mercredi soir,Un Mineur s'est fait agresser violemment sur La place des Trois-Rois,à Nogent-sur-Oise par Quatres individus qui lui ont volé son portable.Les policiers sont arrivés aussitot sur place pour mener les recherches avec l'aide de la victime.Deux des Quatres agresseurs ont été identifiés dans Le Quartier des Obiers et ont été interpellés par la police.Ces deux mineurs agés de 14 et 15 ans étaient toujours en garde à vue.





[ Ajouter un commentaire ] [ 1 commentaire ]
Partager ▼

# Posté le mercredi 16 avril 2008 21:27
Modifié le mardi 25 août 2009 00:06


Nogent sur Oise (60):Ville Verte

Jets de Cailloux,à Nogent (03/05/2005).

Alors qu'il tentait d'arréter le Conducteur d'un Quad,les policiers ont éssuyé des jets de cailloux,dimanche soir,vers 20 Heures,Avenue Saint-Exupéry dans le Quartier de Ville-Verte,à Nogent Sur Oise.un des auteurs,un Nogentais de 17 ans à été arrété et sera convoqué prochainement au tribunal

Un Nogentais de 14 ans pris en Flagrant délit (15/07/2007)

à l'Occasion du week-end du 14 juillet,La police de Creil avait mise en place un dispositif particulier sur Les Quatres Communes de l'Agglomération Creilloise.Une organisation qui na pas été vaine puisqu'un mineur de 14 ans,Originaire de Nogent a été pris en flagrand délit dans La Nuit de vendredi à samedi après minuit,Alors qu'il venait de mettre le feu à une poubelle Avenue Saint-Exupéry,dans le quartier ville ville-verte,à Nogent-sur-Oise.Après sa garde à vue,Il devrait etre présenter hier,Devant Le juge pour enfant du Tribunal de Senlis

Un rodéo avec trois quads (25/02/2008)

VENDREDI SOIR, des riverains signalent aux policiers que trois quads sont en train de prendre la rue pour un circuit de cross aux alentours du cinéma Pathé. Arrivées sur place, les forces de l'ordre voient les trois pilotes prendre la fuite. La poursuite s'engage alors entre les policiers et les quadeurs. Mais le comportement particulièrement dangereux de ces derniers oblige la patrouille à rester à bonne distance. C'est en arrivant dans le quartier Saint-Exupéry, à Nogent-sur-Oise, qu'un des quads va percuter un poteau. Heureusement sans gravité pour le pilote qui sera aussitôt interpellé. Il s'agit d'un jeune homme de 20 ans, bien connu des policiers.Le quad qu'il conduisait avait été signalé volé dans l'Oise en début d'année. Il sera restitué à son propriétaire. Quant à l'apprenti pilote, sans permis, sans assurance, il sera présenté au tribunal de Senlis pour recel de vol au début du mois d'avril.
Le Parisien

Bus en grève après une agression (05/02/2008)

Cette nouvelle affaire illustre, selon les syndicats, le climat d'insécurité permanent sur les lignes du Stac : « Nous sommes victimes d'insultes, de crachats, c'est devenu la routine, reprend Eric Poquerusse. Et sur la ligne 7desservant Le quartier Ville-Verte, à Nogent-sur-Oise, les bus sont souvent pris pour cibles et l'on ne compte plus les caillassages. »

voitures incendiées à Nogent (16/07/2009)

Une voiture de plus, a été incendiée mardi vers 18 h 30 à Nogent-sur-Oise, sur le parking de la mairie. Cela porte le nombre d'incendies criminels à sept depuis les festivités du 14 juillet. Jean-François Dardenne, le maire, s'est rendu sur place. Actuellement Nogent paye le plus lourd tribut en matière d'incendies suspects dans le Bassin creillois. Les premiers incidents ont été enregistrés lundi vers 20 h 30, rue Saint-Exupéry au quartier Ville-Verte


Nouveau cambriolage dans le quartier Ville Verte 21.07.2000
Tribunal

DEUX HEURES du matin, lundi dernier, dans le quartier Ville Verte, à Nogent-sur-Oise. Un homme entend du bruit dans la maison vide de ses voisins. Il sort de chez lui et s'aperçoit que la clôture est abîmée et qu'un volet est cassé. Pendant près de deux heures, il va observer le curieux manège qui se déroule sous ses yeux : trois jeunes malfaiteurs, dont deux ont les mains gantées, entrent et sortent à plusieurs reprises de la maison. Entre-temps, le témoin prévient la police, qui arrive au moment où les cambrioleurs s'apprêtaient à sortir avec un lecteur de cassettes, un téléviseur, un magnétoscope et un ordinateur. Surpris, l'un des voleurs referme brusquement la porte-fenêtre sur la main de l'un des policiers, le blessant à l'auriculaire. Immédiatement interpellés, deux jeunes de 19 et 20 ans et leur acolyte, mineur, avouent les faits et sont placés en détention. Deux condamnations Les deux premiers, chômeurs nogentais, ont comparu hier devant le tribunal correctionnel de Senlis.





[ Ajouter un commentaire ] [ 4 commentaires ]
Partager ▼

# Posté le mercredi 16 avril 2008 21:28
Modifié le mardi 25 août 2009 01:02


Nogent sur Oise (60):Ville Verte

Trois nuits chaudes (29/02/2000)

Mardi 22 février. trois véhicules sont brûlés quartier Ville-Verte. Mercredi 23 février. Escortés par les policiers, les pompiers maîtrisent les incendies causés par des cocktails Molotov d'une voiture et d'un camion quartier Ville-Verte à Nogent. Jeudi 24 février. Après l'incendie de deux véhicules quartier Ville-Verte,

Nuit agitée après l'interpellation controversée (23/06/2000)
Nogent-sur-Oise

«C'EST MALHEUREUX mais ça risque de se répéter. Dès que les jeunes auront un sentiment d'injustice, les quartiers s'enflammeront. » Assis hier après-midi sur le rebord en béton de l'avenue Saint-Exupéry, un jeune, casquette bien vissée sur le crâne, revient sur les nombreux incidents qui ont agité le quartier Ville-Verte, à Nogent-sur-Oise, dans la nuit de mercredi à jeudi, entre minuit et deux heures du matin. Lors de cette nuit de tension, quatre véhicules, stationnés dans cette avenue, ont été complètement saccagés à coups de battes de base-ball et de barres de fer. Un peu plus loin, les vitres du salon de coiffure et du futur bureau de police ont volé en éclats, et de nombreux containers à ordures ont été incendiés. Un triste constat de désolation qui a pour origine l'interpellation de deux jeunes Nogentais, peu de temps auparavant, par les agents de la police municipale. Une interpellation très controversée et dont les circonstances doivent encore être déterminées au terme de la procédure et de l'audition de tous les témoins et victimes. Double fracture de l'avant-bras Il reste que les deux jeunes mineurs ont été transportés à l'hôpital de Creil après un choc entre la voiture de la police municipale et leur moto. La famille d'un de ces jeunes, qui devait être opéré hier d'une double fracture de l'avant-bras, a décidé de porter plainte contre les policiers municipaux. Tout commence vers 19 h 30, rue Charles-Beaudelaire. Deux jeunes mineurs circulent sur une moto (un 80 cc). « Non immatriculée, roulant à vive allure et sans casques », selon les policiers municipaux, qui décident de placer leur véhicule en barrage et de les intercepter afin de relever l'infraction. Une version vivement contestée par les deux mineurs et certains témoins de la scène, entendus par les policiers nationaux dès mercredi soir. Ces témoins sont affirmatifs : « La voiture de la police municipale a coupé la route à la moto, provoquant l'accident où les deux jeunes ont été blessés (le premier souffre d'une double fracture de l'avant-bras et de multiples contusions ; le second, plus légèrement blessé, s'est fait poser plusieurs points de suture à la tête). Pire, les policiers municipaux ont menotté les deux jeunes. » Très rapidement un groupe d'une cinquantaine de jeunes commencent à prendre à partie les deux policiers municipaux. Finalement c'est l'intervention des policiers nationaux qui permettra d'apaiser le début de conflit : « On pensait que l'affaire était terminée explique Jean-Luc Bonnard, le commissaire de police. J'ai même rencontré, à l'hôpital, le père du gamin blessé pour lui dire qu'une procédure serait ouvert et qu'on entendrait tous les protagonistes. Malheureusement, entre minuit et une heure du matin, une vingtaine de mes hommes ont dû intervenir à Ville-Verte pour sécuriser le travail des sapeurs-pompiers pour parer les caillassages qui s'étaient répétter et ramener le calme dans le quartier. »

Des incidents après la victoire des Bleus à l'Euro (04/07/2000)

LA FÊTE a dégénéré quelque peu dimanche soir, dans plusieurs communes du département à l'issue de la finale de l'Euro remportée par l'équipe de France.A Creil. De nombreux jeunes des quartiers Rouher à Creil, Ville-Verte et de la Commanderie à Nogent-sur-Oise ont convergé en voiture vers le centre de l'agglomération, parfois à dix par véhicule et roulant à vitesse excessive. Il s'est ensuivi une collision avec un particulier rue de la République, à Creil. Dès 22 heures, les policiers ont eu à intervenir notamment dans les quartiers Rouher et Ville-Verte,à Nogent-sur-Oise : des pierres ont été jetées, sept véhicules ont été retournés, et trois autres brûlés,

Nogent-sur-Oise
Cinq voitures incendiées (24/08/2000)

LES SAPEURS-POMPIERS de l'agglomération creilloise ont passé une nuit de mardi à mercredi particulièrement mouvementée. Ils ont en effet été sollicités à trois reprises afin d'éteindre des incendies concernant essentiellement des voitures. Ils se rendaient avenue de l'Europe, à Nogent-sur-Oise, pour un feu de poubelle face au magasin Leader Price. Mais le sinistre le plus significatif était à venir : dès 4 h 25, devant le 25, avenue Saint-Exupéry, en face du foyer Sonacotra dans la cité Ville-Verte, à Nogent, cinq véhicules étaient à des degrés divers touchés par le feu. Si une Opel Kadett a seulement été léchée par les flammes, quatre autres voitures stationnées sous les arbres ont été détruites : une Peugeot, un 405 break, une Renault 21 et une Peugeot 309. Toutes appartenaient à des riverains. Les inspecteurs de police effectuaient hier matin les constatations d'usage, considérant que le brasier avait a priori débuté sur un véhicule avant de se propager.


Voitures incendiées. (30/10/2000)
Nogent-sur-Oise

De larges traces noires sur le sol et deux arbres noircis sur plusieurs mètres de haut. Hier matin, le quartier de Ville-Verte présentait encore les traces de l'incendie qui a détruit deux véhicules. Sur le parking situé juste en face de la porte d'entrée de l'immeuble du 25 de l'avenue Saint-Exupéry de la cité Ville-Verte, deux voitures ont, en effet, complètement brûlé. Peu après minuit, lorsque les pompiers ont été alertés, tout était déjà complètement embrasé. Une enquête a été ouverte par le commissariat de Creil.

Tentavie d'incendie,à ville verte hier soir (12/11/2000)

Peu après 22 heures,Un ou des individus ont tenté d'incendier Les locaux qui Acceuilleront prochainement le futur bureau de poste de police du Quartier ville-verte de l'éssence a notamment été retrouvé au Rez-de-Chaussée

Les Conducteurs du Stac en grève après une nouvelle agréssion.(07/11/2007)

SOUS LES ABRIS face à la gare de Creil,les usagers des bus attendaient hier patiemment que la grève se termine.avec deux intérruption de service de deux heures (de 9 h 30 à 11 h 30,puis de 14 h 30 à 16 h 30),les personnels du Stac souhaitaient maniferster leur ras-le-bol après une nouvelle agréssions.l'un des leurs a été pris à partie vendredi dernier,à Nogent sur Oise dans le quartier Ville-Verte.alors qu'il se trouvait au niveau du foyer Adoma (ex-Sonacotra),un voyageur lui à lancé des oeufs contre l'oreille,Ainsi que des palettes.Le chauffeur n'a toujours pas repris le travail."ça peut paraitre léger de s'arréter pour deux oeufs,concéde un délégué syndical Mais il y'a tout une accumulation de gestes qui fait qu'on ne peut plus travailler comme ça."Les Chauffeurs ont rangé leurs bus en file devant la gare.En petits groupes,ils racontent leur ras-le-bol."La clientèle se permet tout,et nous,on n'a rien le droit de dire,racontent-ils.la direction et les élus ne nous soutienent pas."Un ancien surenchérit:"Depuis plus de vingt ans nos feuilles de route n'ont pas changé.Avec la circulation,les horaires sont devenus intenables,On ne peut meme plus prendre de pause entre deux voyageurs.On est sous préssion."

Prison pour l'agresseur et grève aujourd'hui
Bus urbains (14/09/2004)

un jeune homme a été condamné à une peine de douze mois de prison dont six mois avec sursis et une mise à l'épreuve pendant dix-huit mois. Parce qu'il a simplement voulu vérifier qu'un voyageur était bien en possession d'un titre de transport, le chauffeur d'un bus du Stac s'est retrouvé face à un homme armé d'une bombe lacrymogène qui l'a gazé à bout portant. Cette lâche agression s'est produite samedi à Nogent-sur-Oise, à 18 h 40, dans l'avenue Saint-Exupéry du quartier ville-verte. Après son acte, l'agresseur s'est enfui. Il sera retrouvé caché derrière un buisson par les policiers.

(01/07/2000) Nogent-sur-Oise

Suite,à l'interpéllation Controversée de deux jeunes Nogentais par La police Municipal et de La Flambée de violence qui Asuivit La Nuit dans Le Quartier ville-verte de Nogent-sur-Oise,Le Mercredi 21 Juin

deux jeunes arrêtés après le caillassage d'un bus (25/10/2008)
Nogent-sur-Oise/

Vendredi matin, entre 8 heures et 8 h 30, un bus du Service des transports de l'agglomération creilloise (le Stac) a été caillassé au niveau du pont de la D 200 à Nogent-sur-Oise. Un client qui se trouvait dans le bus aurait été légèrement blessé. Deux jeunes Nogentais de 15 ans ont été interpellés aussitôt après les faits. Les chauffeurs de bus réclament la présence de policiers sur cette ligne jugée très sensible.





[ Ajouter un commentaire ] [ 5 commentaires ]
Partager ▼

# Posté le mercredi 16 avril 2008 21:35
Modifié le mercredi 25 novembre 2009 16:48


Nogent sur Oise (60):Ville Verte

Le Retour des Violences Urbaines (14/11/2000)
CREIL-NOGENT/

En Quelques Heures,dans La soirée de Samedi,On a Assisté a Un Déchainement de violences.Les Locaux d'un Futur poste de Police ont été dévastés par Un Incendie Criminel dans Le Quartier Ville-Verte,à Nogent-sur-Oise.Une Quarantaine de véhicules ont été incendiées et d'affrontements entre bandes. Hier, une habitante de Ville-Verte a dit son désespoir tandis que le maire de Creil exigeait plus de fermeté policière.

Attaques en Série Contre Le Futur poste de Police (14/11/2000)
Nogent-sur-Oise/

Début Septembre.Le Futur Local de La Police Nationale,Situé au 21 et 23,Avenue Saint-Exupéry,au Quartier Ville-Verte,A subit de Serieu dégats Lors d'un Incendie Criminel,Au Cours de La Nuit des Groupe de jeunes ont brisé Les Vitres du local et ont mis le feu. Vendredi 29 septembre. Cette fois, le soir venu, les vitres du futur local de police volent en éclats. Un nouvel incident qui vient s'ajouter à une série de méfaits enregistrés depuis le premier incendie : dégradation des volets extérieurs, tags, rideau de fer endommagé. Le mercredi 8 novembre. En fin d'après-midi, des individus ont tenté de mettre le feu au local de police. De l'essence a été répandue sur le sol et sur la porte métallique de ce bureau. Cet incendie n'a pas provoqué d'importants dégâts. Le feu a été maîtrisé avant même l'arrivée des sapeur-pompiers sur les lieux. Le samedi 11 novembre. Trois jours après, aux alentours de 22 heures, un nouvel incendie était enregistré au 21, avenue Saint-Exupéry. Les vandales reproduisaient le même scénario. Ils aspergeaient la porte du futur local de police d'essence et y mettaient le feu. Si le local n'a que très peu souffert, une épaisse fumée s'est dégagée dans les étages de cet immeuble. La fumée s'est répandue dans les cages d'escalier et des personnes ont été incommodées jusqu'au sixième étage. La fumée a par ailleurs totalement noirci les murs de l'entrée de cet immeuble.

Feu de conteneurs. (13/12/2001)
Nogent-sur-Oise

Les sapeurs-pompiers sont intervenus dans la nuit de mardi à mercredi pour éteindre un incendie qui a détruit trois conteneurs à ordures au foyer Sonacotra, avenue Saint-Exupéry dans le quartier Ville-Verte.

Feu de cave. (06/05/2002)

Les sapeurs-pompiers ont dû utiliser une petite lance pour maîtriser un incendie qui s'est déclaré samedi, vers 20 h 50, dans une cave du 25, avenue Saint-Exupéry à Ville-Verte.

Interpellations musclées à la gare.(11/10/2002)
Creil/

Un attroupement a dégénéré en bagarre générale hier vers 17 h 45 devant la gare de Creil. Certains jeunes étaient armés de crosses de hockey et de battes de base-ball. Pas moins de cinq véhicules de patrouille sans compter la BAC (brigade anti-criminalité) ont débarqué en trombe sur les lieux pour procéder à au moins deux interpellations musclées de protagonistes légèrement blessés. Dans la foulée, cinq autres personnes ont été interpellées dans le quartier Ville-Verte,à Nogent-sur-Oise. Les sept individus interpellés étaient en garde à vue hier soir.

Bagarres ethniques au tribunal (07/02/2003)
Creil

«CETTE GUERRE OUVERTE entre les Pakistanais de Creil et les Africains de Nogent-sur-Oise dure depuis près de vingt ans. Les petits continuent à se battre mais ils ne savent même plus pourquoi... Il faudra bien que cela cesse un jour. » Mercredi après-midi, le tribunal correctionnel de Senlis s'est de nouveau penché sur les suites d'une bagarre ayant opposé le 10 octobre dernier une cinquantaine de jeunes sur le parvis de la gare de Creil. Ce soir-là, les policiers étaient intervenus en nombre (près d'une vingtaine) pour rétablir le calme. C'est que Pakistanais et Africains ne faisaient pas semblant. Des battes de cricket ou de base-ball, des bâtons et un long couteau ont ainsi été saisis. Et les policiers ont procédé à de nombreuses interpellations. Mercredi, ils n'étaient cependant que quatre à comparaître : deux « Pakos » et deux « Blacks », comme ils disent. « L'origine de cette bagarre, explique l'un des prévenus, c'est une simple bousculade dans l'un des couloirs du lycée Marie-Curie. Un Black m'a mis un coup de boule puis, plus tard, pendant la récréation, il m'a dit qu'il m'attendrait à la sortie avec plusieurs de ses copains pour me faire la peau. J'ai eu peur, alors j'ai appelé des cousins qui habitent au Plateau Rouher» Une semaine plus tard, la tension n'est toujours pas retombée. « Plusieurs Blacks venus de la cité voisine de Ville-Verte m'attendaient à la sortie du lycée, se souvient le jeune homme. J'ai tenté de prendre la fuite en montant dans un bus. Mais ils m'ont suivi et m'ont rouée de coups à l'intérieur du car. J'ai réussi à en descendre à l'arrêt situé devant le cinéma Pathé de Montataire. Eux m'ont suivi mais j'ai pu remonter quand le bus a redémarré. » Lorsqu'il arrive en gare de Creil, les Blacks l'attendent. « Heureusement, des amis pakistanais passaient par là et ils m'ont porté secours », assure le lycéen. Un témoin affirme cependant que ce sont les Pakistanais qui ont commencé. « Mais peu importe, estime la présidente du tribunal. Vous êtes tous ici pour avoir pris part à un attroupement armé. Et vos histoires ne m'intéressent pas. Tous ce que je sais, c'est que votre comportement représente un danger pour l'ordre public. Sans compter qu'un jour l'un d'entre vous finira à la morgue. » Le procureur a requis quatre mois de prison avec sursis pour les quatre prévenus. Le délibéré ne sera rendu que le 12 mars.


Nouvelle agression dans un bus (06/03/2008)

La veille dans l'après-midi, un chauffeur de la ligne n o 7 avait évité le pire. Entre les arrêts le Parc et Saint-Exupéry au quartier Ville-Verte, à Nogent-sur-Oise, il fait une remarque à un individu passant devant son bus alors qu'il redémarrait. Son ton n'invitait qu'à la prudence, mais l'homme s'emporte et le couvre d'insultes avant de tenter de lui attraper le bras. Le chauffeur a porté plainte le jour même.


Véhicules en Feu (15/08/2008)

Pas de vacances pour les incendiaires.Les sapeurs-pompiers sont intervenus,Hier matin,vers 1 h 30,pour mettre un terme à l'incendie qui a détruit un véhicule utilitaire et une camionnette,Avenue Saint-Exupéry,Au Quartier Ville-Verte.

Deux agressions de chauffeurs (16/03/2009)

Vendredi, un conducteur du réseau de transports de l'agglomération creilloise a été la cible d'une agression en plein après-midi devant la gare de Creil. Il était 16 heures, lorsque deux jeunes voyageurs sans ticket refusent de s'acquitter du prix d'un trajet. L'un s'énerve et porte un coup de poing au chauffeur. Une scène quasi identique se reproduira le lendemain. Samedi, vers 18 h 45 à la hauteur de l'arrêt Saint-Exupéry du quartier Ville-Verte, à Nogent-sur-Oise, une femme présente un ticket périmé. Une médiatrice du Stac tente de raisonner la fraudeuse. Le ton monte et l'employée du Stac reçoit un coup de pied au ventre. La police et les pompiers sont intervenus. Aujourd'hui, une réunion syndicale se tiendra au Stac pour décider d'un nouveau mouvement de protestation.



[ Ajouter un commentaire ] [ 2 commentaires ]
Partager ▼

# Posté le mercredi 16 avril 2008 21:36
Modifié le mardi 25 août 2009 01:01


Nogent sur Oise (60):Les Granges

Voitures brûlées (17/08/2009 )

Les sapeurs pompiers sont intervenus hier, à Nogent-sur-Oise vers 1 h 30, pour maîtriser l'incendie qui a détruit une voiture à proximité de l'école primaire des Granges.


Voiture en feu. (16/07/2004)
Nogent-sur-Oise

Les sapeurs-pompiers sont intervenus pour éteindre l'incendie qui a embrasé une Fiat Brava mercredi, vers 22 h 30, allée Philéas-Lebesgue, près de l'école des Granges.

Agression sur mineure. (15/04/2002)
Nogent-sur-Oise

Une jeune fille de 14 ans a été agressée samedi en début de soirée, dans la rue Marceau dans le quartier des Granges par un groupe de jeunes. L'adolescente a été transportée au centre hospitalier de Creil.


[ Ajouter un commentaire ] [ 2 commentaires ]
Partager ▼

# Posté le mercredi 16 avril 2008 21:37
Modifié le mardi 18 août 2009 12:08


Nogent sur Oise (60):Parc de La Vallée

Un BUS Du STAC Caillassé à Nogent Sur Oise (04/05/2007)

Hier Après-Midi,Alors Qu'il Circulait Avenue de l'Europe Face au Parc de La Vallée,à Nogent-sur-Oise,Un BUS du STAC,Le Service de Transports de l'Agglomération Creilloise,à été La Cible de Jets de pièrre,Une de ses vites a été Brissée,Plusieurs Individus ont été entendu par La Police

« Les Frères Pétard », version nogentaise (14/11/2004)
Nogent-sur-Oise.

Bien connus des services de police, les frères B. sont encore une fois passés devant le tribunal correctionnel de Senlis. Cette fois, on leur reproche de s'être livrés à un trafic de stupéfiants. L'histoire et surtout le comportement à la barre de ces deux garçons font immanquablement penser au film d'Hervé Palud. En 1986, dans « les Frères Pétard », Gérard Lanvin et Jacques Villeret se lançaient presque par hasard dans un trafic d'herbe. Mais on ne s'improvise pas dealer, et les deux « héros » en font bien vite l'amère expérience... L'histoire des frères B. n'a malheureusement rien d'une comédie. Même si leurs explications ont quelque chose de comique. Ils se sont fait interpeller par les policiers, l'autre soir aux abords du parc de la Vallée, à Nogent-sur-Oise, parce qu'ils avaient oublié de... mettre leur ceinture de sécurité. Très vite, les fonctionnaires remarquent à l'intérieur de leur voiture une barrette de haschisch. Puis ils mettent la main sur un paquet de cigarettes contenant 34 g de cannabis. Le grand frère tente, lui, de se débarrasser d'une dose d'héroïne (1,9 g). Plus tard, les policiers tomberont sur un petit paquet dans la cellule où ils furent placés en garde à vue. Dans ce sac : 60 g de cannabis. De l'argent liquide - près de 1 000 - sera également retrouvé. Mais pour les frères B., rien de tout cela ne leur appartient, à part le paquet de cigarettes... Le cannabis retrouvé dans la cellule ? « Les policiers se sont trompés de cellule », assure le grand frère. L'argent ? « Une erreur de la banque en faveur de ma copine », jure le même. L'héroïne ? « Elle a dû tomber de la poche de quelqu'un d'autre », tente, sans rire, le plus jeune. Pourquoi alors avoir reconnu les faits ? « Parce que j'avais de la fièvre », répond l'aîné qui, durant sa garde à vue, a feint d'avoir avalé une fourchette, histoire qu'on le conduise à l'hôpital. Magalie Arquié, substitut du procureur de la République, a de l'humour, mais elle trouve que les frères B. en font un peu trop. « Ce sont des délinquants très connus dans la région creilloise, rappelle-t-elle. Ils ne tiennent aucun compte de la loi. » Finalement, les juges infligeront douze et huit mois de prison ferme aux deux Nogentais.


Importante saisie de drogue.(10/11/2004)
Nogent-sur-Oise/

Dimanche soir, aux alentours de 20 h 45, les policiers creillois, lors d'un contrôle routier, ont procédé à l'arrestation de deux personnes en possession d'une importante quantité de drogue près du parc de la Vallée à Nogent-sur-Oise. Dans la voiture de ces deux demi-frères, domiciliés à Creil et Nogent-sur-Oise, visiblement très connus des services de police, et âgés respectivement de 34 ans et 22 ans, les policiers ont découvert plus d'une centaine de grammes de résine de cannabis et 2 g d'héroïne. Placés en garde à vue depuis leur interpellation, les deux hommes ont été présentés hier devant un juge senlisien. Ils devaient comparaître aujourd'hui devant le tribunal de Senlis. L'un des deux protagonistes de cette affaire aurait déjà dû être jugé lundi dernier par le tribunal correctionnel de Senlis pour une précédente affaire de drogue.



L'incendiaire incarcéré.(11/01/2007)
Nogent-sur-Oise/

Il voulait un nouvel appartement. Dans la nuit de dimanche à lundi, ce Nogentais a incendié son logement dans le parc de la Vallée. Connu pour ces
accès de pyromanie, il a été placé en garde à vue et incarcéré

NOGENT, PARC DE LA VALLEE, HIER APRES-MIDI. 04.08.2001

Une patrouille de police à VTT, c'est la traduction concrète du développement de la police urbaine de proximité (PUP). Ce rapprochement entre police et population peut expliquer l'augmentation du nombre de plaintes et donc de faits constatés dans les trois agglomérations de Beauvais, Compiègne et Creil sous couverture de police nationale. En revanche, cet argument ne peut être avancé sur le reste du département, du ressort de la gendarmerie, où la délinquance progresse pourtant bien plus rapidement.



[ Ajouter un commentaire ] [ 2 commentaires ]
Partager ▼

# Posté le mercredi 16 avril 2008 21:40
Modifié le mardi 25 août 2009 23:42


Méru (60):La Nacre

édition du 02/10/2002:Attentat Contre La Gendarmerie de Méru

a la suite du guet-apens de l'ascenseur,les gendarmes de Méru se sont rendus Lundi vers 19Heures dans la tour B ou se sont déroulés les faits pour enquéter.mais les évènement ont rapidement dégénéré.alors qu'il se trouvait dans la tour,des individus ont jeté une plaque de ciment sur leur fourgon stationné à une quinzaine de mètres de l'immeuble,écrasant littéralement le toit du véhicule.Heureusement,le fourgon était vide de tout occupant."C'est une plaque de 60cm par 60,pesant au moins une quinzaine de kilos,explique le commandant de la gendarmerie de Beauvais,elle a sans doute été lancer depuis le haut de l'immeuble par au moins deux individus.si une personne était sortie de l'immeuble à ce moment-la,elle était morte.c'est un geste totalement inconscient."à la suite de cette agréssion sur les gendarmes,les forces de l'ordre ont éffectuer hier matin une descente en force dans le quartier de la nacre.pas moins de vingt-cinq gendarmes dont quatorze mobiles ont quadrillé le quartier,multipliant les controles de 11Heures à 13Heures.hier,aucune interpellation n'avait encore eu lieu dans le cadre de cette affaire.


Prison ferme pour les deux incendiaires (11/12/2002)
Tribunal Correctionnelle/

Une semaine après les faits, les deux incendiaires de Méru ont été jugés, Hier par le tribunal de Beauvais, condamnés et incarcérés sur-le-champ. Dans la nuit du 4 au 5 décembre entre 2 heures et 4 heures, Ils avaient mis le feu à douze véhicules semant la terreur dans le quartier de la nacre.

Grenade au lycée. (21/05/1998)
MERU

Mardi, à 10 h 30, au lycée Condorcet à Méru, un individu a lancé une grenade à plâtre dans un des escaliers de l'établissement. Il n'y n'a pas eu de blessé, pas de dégâts.

Un lycéen grièvement blessé. (06/05/1998)
MERU

Lundi, en milieu de matinée, un élève du lycée Lavoisier à Méru a été grièvement blessé par l'un de ses camarades. Plusieurs coups de cutter lui ont été portés. L'altercation se serait produite en plein cours entre deux jeunes. Malgré la gravité des blessures, la vie du jeune homme ne serait pas en danger. L'agression a fait immédiatement l'objet d'un signalement au procureur de la République de Beauvais. On ignore encore quelle est l'origine de cet affrontement. Après, les faits, le lycéen agressé est resté profondément choqué et n'aurait pas réussi à s'exprimer.

Jets de pierre contre la gendarmerie. (04/04/2004)

Vendredi, c'est en plein jour que quelques jeunes ont pendant cinq minutes caillassé la gendarmerie avant de prendre la fuite. L'incident s'est produit vers 18 h 15 et n'a provoqué aucun dégât, ni matériel ni physique. Côté gendarmerie, on considère qu'il s'agit là d'une réponse face à une présence - « qui dérangerait » - des forces de l'ordre dans le quartier de la Nacre.


Méru Victime de sa "Mauvaise" Réputation (29/10/2005)
Violences Urbaines/

Hier,Les Caméras de TF 1 et de France 2 Arpentaient Le Quartier de La Nacre à La Recherche d'Image Prouvant que Méru reste Une des Villes Chaudes de l'Oise.Montrée du Doigt par un rapport de La Direction de La Gendarmerie,La Cité de La Nacre Fait donc à Nouveau parler d'elle dans La Rubrique.

Gendarmes et policiers « caillassés ». (06/01/2002)

Samedi vers 23 h 30, la police municipale de Méru repère un break Opel stationné au milieu de la chaussée, non loin du collège du Thelle sur le quartier de la Nacre. La voiture avait été volée quelque temps auparavant dans ce même quartier. Alors qu'elles s'approchent du véhicule, les forces de l'ordre reçoivent des pierres. Elles demandent du renfort à la gendarmerie de Méru, qui arrive sur les lieux avec une équipe de gendarmes mobiles. Pendant ce temps, les voleurs sont remontés dans la voiture volée et l'ont abandonnée quelques mètres plus loin près de la petite place commerçante du quartier. Nouveau contrôle des forces de l'ordre, qui en sont quittes pour une autre pluie de cailloux. Les auteurs sont une dizaine d'individus encagoulés qui s'éparpillent rapidement entre les immeubles. Policiers et gendarmes rebroussent chemin. Mais les « caillasseurs » n'en ont pas fini. Ils mettent le feu au véhicule et les pompiers sont obligés d'intervenir sous l'escorte des militaires. Hier, aucun des auteurs n'avait été interpellé.

Flambée de Violence à La Nacre (08/02/2002)

de Très Graves Incidents ont Marquer La Nuit de Mercredi à Jeudi dans Le Quartier de La Nacre,à Méru.Seize véhicules ont subi d'Importants dégats et Six voitures personelles de Gendarmerie ont été Caillassés dans La Cours de La Brigade. Les violences ont débuté vers 23 heures, lorsque le quartier de la Nacre a été plongé dans le noir après des actes de vandalisme sur les installations de l'éclairage public. Une première voiture est alors incendiée. Les pompiers qui se rendent sur place reçoivent des pierres qui font voler en éclats le pare-brise de leur véhicule. Le fourgon Trafic des gendarmes de Méru, puis celui des gendarmes de Bresles, venus en renfort, subissent le même traitement. Trois autres voitures sont incendiées en même temps que trois poubelles dans d'autres endroits. L'affrontement va durer jusqu'à vers trois heures, entre une centaine d'énergumènes encagoulés et les gendarmes de Méru, de Bresles, du Psig, les policiers municipaux et des gendarmes mobiles. Un véritable guet-apens Pendant les échauffourées, une bande de jeunes est parvenue jusqu'à la cour de la brigade de gendarmerie pour lancer des pierres sur les véhicules des gendarmes. Six voitures, stationnées dans la cour de la caserne, ont subi des dégâts importants.

MERU.Une Nuit de violence (08/02/2002)

Méru A Connu dans La Nuit de Mercredi à Hier des Moments d'une rare violence dans Le Quartier de La Nacre.Des voitures ont été Incendiées et Les Gendarmes et pompiers ont été Accueillis par des Jets de pièrre.Ont suivi des affrontements entre une centaine de jeunes cagoulés et les gendarmes mobiles venus en renfort.

Deuxième Nuit de violence à La Nacre (09/02/2002)

Pour La Deuxième Soirée consécutive à Méru de Violents Incidents ont opposé Les Forces de l'ordre à Une dizaines de jeunes du Quartier de La Nacre.Celle fois-ci, les débordements ont fait une victime, un policier municipal de Méru blessé à l'oeil par un éclat de verre. La blessure légère ne l'a pas empêché de poursuivre son service. Il est rentré chez lui hier matin. Pour les faits, le mode opératoire a été identique à celui utilisé par les jeunes mercredi soir lors de la première vague d'incidents (voir notre édition d'hier). C'est à 22 heures que les événements ont débuté. Deux véhicules ont été incendiés rue du 11-Novembre et rocade des Acacias, en plein quartier de la Nacre. Les sapeurs-pompiers de Méru se rendent immédiatement sur place, accompagnés par la police municipale et la gendarmerie de Méru. Une dizaine de jeunes cagoulés accueillent les forces de l'ordre et les pompiers à coups de pierres. Les véhicules sont caillassés. La vitre d'un véhicule de la police municipale vole en éclats. C'est à ce moment-là que le policier municipal est blessé à l'oeil.

Deux Cocktails Molotov Contre La Gendarmerie (10/02/2002)
Méru/

La Tension n'en finit plus de Monter à Méru.Pour La Troisième Nuit Consécutive de violents incidents ont opposé des jeunes de La Nacre Aux Forces de l'ordre, Le mode opératoire a été identique à celui utilisé lors des précédents débordements. A 22 heures, vendredi soir, une dizaine de jeunes, dont les visages sont camouflés par des écharpes et des bonnets, incendient deux véhicules dans le quartier de la Nacre pour attirer pompiers et gendarmes. « Nous sommes intervenus immédiatement sur un fourgon qui brûlait rue Camille-Claudel et nous avons vu qu'un deuxième véhicule prenait feu dans les parkings des MP4, raconte un gendarme. Heureusement, il y avait deux équipes de pompiers sur les lieux. Leur intervention rapide a permis d'éviter que d'autres véhicules s'enflamment avec l'essence qui s'écoulait. » Un maximum de forces mobilisées Quelques minutes après, un troisième véhicule est en feu dans le quartier de la Chesnaie. Pendant que les gendarmes sont mobilisés sur plusieurs fronts, trois jeunes non identifiés lancent deux cocktails Molotov dans la cour de la gendarmerie.

La brigade à nouveau caillassée. (23/02/2002)
Méru

Pour la troisième fois, en quelques jours, la brigade de gendarmerie a été prise pour cible par des voyous du quartier de la Nacre. Jeudi, vers 19 h 45, une volée de pierres s'est abattue sur les logements des gendarmes, brisant la fenêtre de l'un des appartements privés. Les gendarmes ont tenté d'interpeller leurs agresseurs qui ont réussi à prendre la fuite. Après des jets de pierres sur les véhicules personnels des gendarmes, le lancement de deux cocktails Molotov dans la cour de la brigade, le message est clair, les malfaiteurs poursuivent leurs provocations à l'égard des gendarmes.

VIOLENCES URBAINES.
Une gendarmerie attaquée dans l'Oise (07/12/2003)

NUIT D'ÉMEUTE, dans la nuit de vendredi à samedi, dans le quartier sensible de la Nacre, à Méru, près de Beauvais (Oise). Une cinquantaine de jeunes, âgés de 14 à 25 ans, s'en sont violemment pris aux forces de l'ordre, à l'aide de pierres, de cocktails Molotov et même d'un fusil de chasse. Personne n'a été blessé, mais la caserne de gendarmerie et plusieurs véhicules ont été sérieusement endommagés. Onze suspects, âgés de 16 à 25 ans, ont été interpellés, dont quatre mineurs. Tout est parti d'une opération antidélinquance menée vendredi soir dans le quartier par les gendarmes de la compagnie de Beauvais. Il est 21 heures. Un banal contrôle d'identité sur deux individus met le feu aux poudres. L'un d'eux, âgé de 24 ans, détient de la résine de cannabis. Rapidement, le ton monte. Le jeune homme tente de fuir, aidé par quelques camarades de la Nacre, qui prennent à partie les gendarmes et jettent des pierres sur leur véhicule. Non sans peine, les forces de l'ordre réussissent à interpeller le fuyard, immédiatement transféré à la brigade territoriale. Un peu plus tard, une seconde patrouille qui circule dans la même zone essuie plusieurs coups de fusil de chasse. Les gendarmes ripostent au flash-ball, une arme qui tire des balles de caoutchouc. « Ce quartier n'est pas une zone de non-droit » C'est à ce moment, vers 22 heures, que l'émeute débute véritablement, avec plusieurs échauffourées successives. Des poubelles sont incendiées, des voitures endommagées et les pompiers caillassés, notamment aux abords de la gare ferroviaire. Puis la bande, constituée d'une cinquantaine de jeunes encagoulés, se masse devant les grilles de la gendarmerie pour lancer des cocktails Molotov et des pierres dans la cour de la caserne. « A ce moment, ils se sentaient en situation de force car ils étaient plus nombreux que nous. Ils voulaient que nous relâchions leur ami »,


Jets de pièrre Contre La Gendarmerie (05/05/2004)

Les Relations demeurent toujours très Tendues entre Les Jeunes du Quartier de La Nacre et Les Gendarmes de La Brigade de Méru.Pour preuve,Les Incidents survenus vendredi dernier,en fin de journée.vers 18 h 15,Alors qu'il fait encore jour,Plusieurs jeunes se sont Razpidement rassemblés Avant de prendre d'Assaut La Gendarmerie.

Il tire au fusil de chasse sur les gendarmes (06/09/2004)
Méru

DEUX GENDARMES de Méru ont eu très chaud, ce week-end, dans le quartier de la Nacre. Les deux militaires ont en effet échappé de peu à un coup de fusil de chasse tiré à bout portant. Alors même qu'ils essayaient de se faire ouvrir la porte de l'appartement d'un individu qui venait de se faire attaquer dans la rue. Un acte fou qui aurait pu les blessés gravement En effet, tôt dimanche, vers 2 heures du matin, cet homme âgé de 33 ans, se fait agresser dans le quartier de la Nacre, à Méru. Roué de coups, tabassé par plusieurs individus, il essaie de se venger en rentrant chez lui. Muni d'un fusil de chasse, il tire alors à plusieurs reprises par la fenêtre de son appartement. Prévenus, les gendarmes se rendent alors à son domicile. Après avoir frappé à la porte du tireur, en déclinant leur identité, les deux militaires sont accueillis par à un coup de fusil de chasse tiré à bout portant. Un acte fou qui aurait pu facilement blesser gravement, voire tuer, les deux gendarmes.

Méru
Six mineurs interpellés (24/03/2001)

SIX JEUNES Méruviens, impliqués dans différentes affaires, ont été interpellés par les gendarmes de Méru. Dimanche dernier, peu après les élections, des incidents s'étaient produits. Des vitres de la mairie avaient été cassées et une voiture de gendarmerie avait même été caillassée alors qu'elle patrouillait à la Nacre. A la suite de ces incidents, deux mineurs, âgés de 16 et 17 ans, ont été interpellés lundi pour violences et outrages sur agents de la force publique. Jeudi, les gendarmes ont interpellé un garçon de 17 ans auteur d'une série de délits. Le 9 février, dans le quartier de la Nacre, il avait violemment frappé un automobiliste. Et jeudi dernier, il a frappé un élève du lycée Lavoisier puis en s'enfuyant au volant d'une Opel Corsa, il a percuté le portail du lycée. Pris en flagrant délit de casse de voiture Jeudi après-midi, les gendarmes ont en outre pris en flagrant délit de casse de voiture sur le parking de la gare SNCF de Méru un mineur de 17 ans. Celui-ci venait de forcer une Peugeot 205. Au cours de son audition, il a reconnu avoir fracturé d'autres voitures. Enfin, toujours jeudi après-midi, deux mineurs de 16 et 17 ans ont été pris en train de fracturer des voitures sur le parking d'Auchan.

Les incendiaires du 14 juillet (16/07/2001)
Méru/

LE FEU D'ARTIFICE, n'a pas été tiré, à Méru samedi soir mais les incendiaires étaient à l'œuvre. Un car de la société grises et deux véhicules de particuliers on été incendiées dans la nuit de samedi à dimanche.

Plusieurs mois de tensions (30/07/2001)

L'INCENDIE qui a ravagé l'Intermarché de Méru, hier, n'est pas une première. Le 24 décembre 2000, des individus avaient tenté de brûler le supermarché en jetant deux canettes remplies d'essence contre la porte de la réserve du magasin, là même où le feu semble avoir démarré samedi soir. Il faut dire que depuis plusieurs mois, le supermarché a été le théâtre d'incidents à répétition. Cette tension a atteint son paroxysme à la fin de l'année dernière. En novembre 2000, Intermarché a été victime de plusieurs tentatives de vols. Plus grave, le 14 janvier, une violente altercation a opposé des vigiles du magasin Intermarché à un groupe d'une vingtaine de jeunes encagoulés, à la suite de l'interpellation de l'un des leurs suspecté de vol. Le changement de société de sécurité a été, semble-t-il, à l'origine du malaise et des tensions avec les jeunes du quartier de la Nacre. Des incidents à répétition qui ont eu de fortes incidences sur la fréquentation du supermarché.

Ils tirent sur les vigiles et les gendarmes (08/08/2001)
Méru

LE CLIMAT est de plus en plus tendu autour de l'Intermarché incendié la semaine dernière. La violence a monté d'un cran lundi soir avec des tirs de pistolet contre les vigiles et les gendarmes. Deux des tireurs ont été interpellés et jugés en comparution immédiate hier soir à Beauvais. Déjà lundi après-midi, les gendarmes ont interpellé trois jeunes en train de piller dans les décombres de l'ancienne grande surface. C'est dans la soirée que les choses se sont aggravées avec des coups de feu tirés vers les surveillants du site. Vers 22 h 15, les premiers coups de feu claquent en direction des vigiles et de leurs véhicules. Les gendarmes mobiles appelés à la rescousse sont, à leur tour, pris pour cible. Un des gendarmes est même touché au tibia. Finalement, après avoir encerclé les buissons d'où provenaient les coups de feu, les représentants de la loi parviennent à mettre la main sur deux suspects alors que les autres prennent la fuite. Les deux interpellés ont été présentés au tribunal correctionnel hier en fin de journée. Il s'agit de deux jeunes agé de 18 et 21 ans, qui ont bien voulu être jugés séance tenante.

Voiture incendiée. (30/10/2000)

Dans la nuit de samedi à dimanche, des individus ont dérobé à Méru une Renault 5 appartenant au conseil général. Ils ont ensuite fait un rodéo avec le véhicule dans le quartier de la Nacre, puis l'ont abandonné après l'avoir incendié. Les auteurs n'ont pas été identifiés.

70 gendarmes dans le quartier de la Nacre (03/10/2003)
Méru

LES HABITANTS du quartier de la Nacre, à Méru, ont eu une drôle de surprise hier matin. Quelque 70 gendarmes ont en effet été mobilisés pour réaliser une fouille de garages occupés de façon illégale. Il est environ 6 heures quand les forces de l'ordre investissent un parking souterrain du quartier de la Nacre, plus précisément de la Mare aux Loups, rue Henri-Poincaré. Dix garages sont alors minutieusement fouillés. L'opération a été décidée à la suite de l'affaire des quads volés de cet été. En août dernier, les gendarmes avaient retrouvé six quads qui avaient été dérobés quelques jours plus tôt au hameau de Lardières et à Méru. Ils étaient cachés dans un garage souterrain du quartier de la Nacre. Lors de la découverte, ils avaient également trouvé une Mercedes et une Twingo, également volées. Hier matin, la pêche ne fut toutefois pas aussi bonne. Les gendarmes n'ont trouvé qu'une Clio volée désossée, des pièces automobiles, deux moteurs, un pare-choc d'une Renault volée à Méru et divers petits objets qui ont certainement été dérobés lors de cambriolages. A l'issue de l'opération, vers 9 heures, les forces de l'ordre ont par ailleurs interpellé une personne d'origine capeverdienne en situation irrégulière.

Les pompiers dans un guet-apens (24/07/2002)
Méru

LUNDI SOIR, les sapeurs-pompiers de Méru sont tombés dans un véritable guet-apens. Il est 23 heures, lorsqu'ils sont appelés pour un feu de voiture à côté de la station Total de Méru. Arrivés sur place, les pompiers s'aperçoivent que le véhicule en feu a été poussé du parking des tours A et B du quartier de la Nacre. « Nous avons pu sortir sans problème de notre fourgon, raconte un pompier. Dès que nous avons commencé à éteindre le feu, une trentaine de jeunes nous ont bombardés avec divers objets. Nous avons même reçu un cocktail Molotov qui, par chance, n'a pas explosé. » Leur fourgon a été sérieusement endommagé Les pompiers ont préféré se replier et ont attendu la protection des forces de l'ordre. Une fois arrivées, celles-ci ont dispersé les assaillants. Les pompiers ont alors pu récupérer leur fourgon pompe-tonne, sérieusement endommagé par des impacts de projectiles et dont toutes les vitres avaient été brisées.

Coups de Fusil,à La Nacre (07/11/2001)
Méru/

Un Règlement de Compte s'est déroulé Lundi en fin de journée dans Le Quartier de La Nacre,à Méru.Un Homme Norbert D...19 ans,Domicilé dans La Cité,a été Blessé à La jambe

Ils avaient Tiré sur les Convives (13/12/2002)

Hier,deux jeunes hommes agés de 24 et 25 ans comparaissaient devant Le Tribunal à Beauvais dans Un énième épisode de La Guerre des Bandes Méru-Persan.dans La Nuit du 7 au 8 Février 1998,Un groupe d'une dizaine de personnes,Armées jusqu'aux dents,fait irruption dans un pavillon de Bornel où se déroule une soirée. A l'intérieur se trouvent leurs rivaux du Val-d'Oise. Un coup de pied dans la porte, et les armes parlent. Deux convives sont grièvement blessés. L'un d'eux perdra un œil dans le règlement de comptes. Un peu plus loin, sur le parking de la gare de Bornel, ils s'acharnent à coups de batte de base-ball sur un autre jeune, qui dormait dans sa voiture. Devant le tribunal, les deux prévenus, originaires de Méru, nient catégoriquement leur implication, même s'ils ont été reconnus par les victimes.

Quatre voitures incendiée (07/11/2008)
Méru/
Cela fesait longtemps que nous n'avons pas connu ça.Mercredi 5 novembre, à 23 h 40, quatre véhicules ont été incendiés en plein coeur du quartier de la Nacre à Méru. Les quatre voitures étaient stationnées rue Jean-Moulin, rue Salvador-Allende et rue du 11-Novembre. Deux poubelles ont également été incendiées. Pour venir à bout des incendies, les sapeurs-pompiers ont dû attendre l'intervention des gendarmes. Deux véhicules de gendarmerie ont été endommagés par des jets de pierres. Quand les renforts de gendarmes sont arrivés, les fauteurs de troubles avaient disparu.


Méru caillassage (24/12/2008)

A proximité de la gare, Au niveau du quartier de la Nacre plusieurs conductrice ont été la cible de jets de pierre. C'est la seconde fois que des femmes sont particulièrement ciblées

Un quartier s'enflamme (04/05/2009)

La nuit de samedi à dimanche a été agitée pour les pompiers de Méru. Entre 23 heures et minuit, la cité de la Nacre, a été le théâtre de violences urbaines. Deux conteneurs poubelles ont été incendiés, rue du 11 novembre et la rocade des peupliers. Les flammes se sont ensuite propagées à un véhicule stationné à proximité, sur le parking Arsène-Bulard. Il n'y a pas eu d'interpellation.








[ Ajouter un commentaire ] [ 11 commentaires ]
Partager ▼
_________________
WEB MAK'S A BETTER WORLD


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur ICQ AIM Yahoo Messenger MSN
Publicité






MessagePosté le: Mer 7 Avr - 06:10 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    politikar Index du Forum -> politikar -> politikar Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Digital Dementia © 2002 Christina Richards, phpBB 2.0.6 Version by phpBB-fr-themes
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com