WHAT TIME IS IT ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    politikar Index du Forum -> politikar -> politikar
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
MARIO KEKIC
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2009
Messages: 908
Localisation: PARIS
Masculin Bélier (21mar-19avr) 馬 Cheval
Point(s): 115
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: Jeu 17 Mar - 10:01 (2011)    Sujet du message: WHAT TIME IS IT ? Répondre en citant





Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]

TIMEBUSTER
MAKE A BETTER WORLD WITH MICROSOFT








WHAT TIME IS IT ?











Timebuster.unblog.fr Evaluation 4,02 Million €
www.Timebuster.unblog.fr est classé n°174 en France.

Ovh Sas Roubaix, France est la location du serveur Apache/2.2.9 (Debian) PHP/5.2.6-1+lenny9 with Suhosin-Patch server. Il a environ 65 sites Internet qui y font référence. Ses catégories DMOZ sont Outils/Hébergement . Le site est visité à partir de France, Algérie, Belgique, Maroc. Le temps de chargement du site Internet est de 809 millisecondes, plus rapide que 81% des autres sites Internet mesurés. Une liste des mots-clé contient, ELEKTRAKOSH 4 EVER, A propos, LIBERATOR, Non classé, 0Commentaires, Non classé, 0Commentaires, PACO REINHART, Non classé. Le site est codé avec le jeu de caractères iso-8859-1,
L'adresse IP “protocole Internet” du site web est 91.121.54.122. Qui est géographiquement localisé(e) en 50.7, 3.17. 4.60% des utilisateurs viennent de la ville de Paris. Il y a approximativement 3.383.340 visiteurs mensuels qui visualisent une moyenne de 2,35 pages vues par session. Il est enregistré sous le suffixe .fr, nommé timebuster.
Timebuster.unblog.fr Sur le web
… http://timebuster.unblog.fr/ MAKE A BETTER WORLD WITH ELEKTRAKOSH, EVE-ONLINE AND HIGH-JACK [1]
http://timebuster.unblog.fr/2007/06/02/where-is-elektrakosh/ http://elektrakosh.unblog.fr/2007/06/04/elektrakosh4ever/ [2]
1. http://www.dailymotion.com/timebuster
2. http://bustbuster.blogspot.com/
Valeur Du Site Web4,02 Million € *
Pages Visitées Par Jour266.353 *
Visiteurs Journaliers166.005 *
Classement Mondial3.054
France Classement174


Catégories DMOZOutils/Hébergement
Lien externes65

*Il ne s'agit que de données estimées, veuillez lire l'avertissement ici
Notes d'évaluation
Exprimez votre opinion, rédigez un avis sur http://www.timebuster.unblog.fr.

Loading comments…


Problems loading Disqus?


Aime Dislike
CommunityDisqus


Glad you liked it. Would you like to share?
Facebook
Twitter

Sharing this page …
Thanks! Close

Ajouter un nouveau commentaire

Voir 0 commentaires
Trier la conversation par : A la une Best rating Plus récents en premier Plus anciens en premier
  http://bizinformation.com/fr/www.timebuster.unblog.fr#S'inscrire par email
  http://bizinformationfr.disqus.com/wwwtimebusterunblogfr/latest.rssSouscrire par RSS



Visiteurs par Pays
Pays% Utilisateurs% Pages VuesClassement dans le Pays
France54,10%57,70%174
Autres pays9,50%9,10%
Algérie9,30%6,70%182
Belgique4,90%3,90%343
Maroc3,50%2,90%200
Canada2,50%2,30%2.427
Suisse2,30%2,00%604
Tunisie1,80%1,40%200
Allemagne1,40%1,60%12.369
Inde1,20%1,30%26.307
Italie1,10%0,70%10.055
Cameroun1,10%0,80%139
Reino Unido1,00%1,10%11.974
Madagascar1,00%0,70%159
États-Unis0,90%0,80%70.192
Égypte0,90%0,50%4.021
Côte d'Ivoire0,70%0,70%249
Chine0,60%0,70%53.204
Thaïlande0,60%2,10%3.794
Espagne0,60%0,50%12.949
Sénégal0,60%2,10%101
Russie0,60%0,40%32.444
VilleRang ville% Utilisateurs% Pages VuesPages Vues Par Utilisateur
Paris1674.60%4.30%2.03
Brussels2401.40%1.10%1.76
Lyon1691.20%1.00%1.83
Marseille1581.10%1.00%2.00
Toulouse1451.00%1.30%2.90
Rabat1910.80%0.70%1.90
Algiers850.80%0.70%2.00
Montreal6230.80%0.60%1.70
Bordeaux1490.70%0.60%2.00
Casablanca2370.60%0.40%1.31
Nantes1490.60%0.80%2.90
Montpellier1170.60%1.60%6.00
Nice1780.50%0.40%1.80
Lille1830.50%0.50%2.00
Rouen1190.40%0.70%3.90
Nancy1440.40%0.30%1.70
Quebec1990.40%0.60%3.00
Nanjing10580.30%1.00%8.00
Dijon1840.30%0.20%1.70
Mostaganem810.30%0.10%1.10
Metz2090.30%0.20%1.40
Toulon1100.30%0.70%4.90
Caen1480.30%0.30%2.10
Geneva1600.30%0.80%5.10
Antananarivo1150.30%0.30%1.80
Rennes1930.30%0.30%1.70
Reims1410.30%0.40%2.70
Beijing154000.30%0.60%3.90
Strasbourg2230.30%0.30%1.90
Istanbul147500.20%0.20%2.00
Tours1760.20%0.20%2.30
Avignon1010.20%0.10%1.70
Mulhouse1510.20%0.10%1.50
Roubaix1300.20%0.10%1.90
Moscow288840.20%0.20%2.50
Laval3690.20%0.20%1.70
Le1960.20%0.10%1.50
Sherbrooke3710.20%0.10%1.30
Berlin133650.20%0.20%2.50
Angers2420.20%0.10%1.60
Tunis1820.20%0.10%1.80
London134260.20%0.20%1.80
Lausanne2860.20%0.20%1.60
Grenoble2410.20%0.20%1.80
Amiens1580.20%0.20%1.90
Wahran1150.20%0.20%1.70
Karachi64650.20%0.10%1.00
Abidjan4770.20%0.10%1.40
Tehran120670.20%0.10%1.00
Anoual2310.20%0.10%1.50
Bangkok67020.20%0.70%7.70
Limoges1410.20%0.20%1.90
Saint119740.10%0.10%1.10
Cairo102490.10%0.10%1.10
Catania14330.10%0.10%1.70
Marrakesh2440.10%0.10%1.40
Athens93500.10%0.20%3.90
Annecy1800.10%0.10%1.60
Vienna135020.10%0.00%1.00
Lens1100.10%0.10%2.20
Sartrouville1380.10%0.10%1.50
Pantin1430.10%0.20%3.40
Mexico119360.10%0.10%1.20
Saint1650.10%0.20%3.10
Le1840.10%0.10%2.10
Blainville480.10%0.20%3.70
New232830.10%0.10%1.90
La1470.10%0.20%2.40
Namur1930.10%0.10%1.80
Alfortville1860.10%0.10%2.10
Courbevoie1880.10%0.10%1.90
Fribourg2080.10%0.10%1.10
Brest1900.10%0.10%1.60
Poitiers1520.10%0.10%1.70
Niort800.10%0.20%2.60
Seraing1110.10%0.10%1.40
Villeurbanne1300.10%0.50%6.80
Colombes1610.10%0.10%1.90
Troyes1420.10%0.20%2.30
Gilly150.10%1.00%16.00
Montreuil2260.10%0.10%1.50
Rome111820.10%0.10%1.20
Madras230700.10%0.10%1.40
Riyadh130660.10%0.10%1.90
Visakhapatnam11070.10%0.10%1.00
Lima57510.10%0.10%1.90
Milan78390.10%0.10%1.40
Blois1130.10%0.10%2.50
Charleroi1790.10%0.10%1.90
Johannesburg52300.10%0.10%2.40
Wemmel2380.10%0.10%1.60
Historique du trafic
Moyenne sur 1 jour
Classement Mondial3.016
439
Visiteurs Journaliers113.420
-8%
Classement Pour les Visiteurs Par Jour2.769
306
Pages Visitées Par Jour211.556
-15%
Classement Pour les Pages Vues Par Jour4.936
889
Pages Vues Par Utilisateur2,80
-8%
Moyenne sur 7 jours
Classement Mondial2.910
-256
Visiteurs Journaliers116.202
+3%
Classement Pour les Visiteurs Par Jour2.615
-47
Pages Visitées Par Jour207.055
+17%
Classement Pour les Pages Vues Par Jour5.000
-998
Pages Vues Par Utilisateur2,62
+14%
Moyenne sur 30 jours
Classement Mondial3.045
-54
Visiteurs Journaliers114.918
+1%
Classement Pour les Visiteurs Par Jour2.624
21
Pages Visitées Par Jour186.500
+9,8%
Classement Pour les Pages Vues Par Jour5.519
-285
Pages Vues Par Utilisateur2,40
+9%
Moyenne sur 90 jours
Classement Mondial3.054
-3
Visiteurs Journaliers112.778
+4,8%
Classement Pour les Visiteurs Par Jour2.609
-40
Pages Visitées Par Jour182.449
+3,9%
Classement Pour les Pages Vues Par Jour5.480
-52
Pages Vues Par Utilisateur2,35
-0,8%
Localisation du serveur
Ovh Sas
Roubaix
France
50.7, 3.17





Conditions d'utilisation
Organisation du Serveur
Date:
Server:Apache/2.2.9 (Debian) PHP/5.2.6-1+lenny9 with Suhosin-Patch
X-Powered-By:PHP/5.2.6-1+lenny9
X-Pingback:http:///xmlrpc.php
Vary:Accept-Encoding
Content-Type:text/html; charset=ISO-8859-1
Set-Cookie:ublastloggedvisit=2010-12-01; expires=Wed, 01-Dec-2010 07:43:27 GMT; path=/; domain=
Transfer-Encoding:chunked





Retirer le site   Légal   © 2010





9 Commentaires à “WHAT TIME IS IT ?”  ( Fil RSS pour ces commentaires)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.



http://seticlassic.ssl.berkeley.edu/classpages/days/2451413.html
Les extra-terrestres n’existent pas !!!
Le Savoir suprême Histoire des Hommes depuis l’aube des temps racontée par un lama tibétain. A l’aube des temps, la terre n’était pas telle qu’elle est aujourd’hui. Elle tournait beaucoup plus près du soleil et en sens inverse. Dans son voisinage était une autre planète, en quelque sorte sa jumelle. Les jours étaient plus courts, aussi les hommes avaient l’impression de vivre plus longtemps, pendant des siècles. Le climat était plus chaud et , et la flore d’une luxuriance tropicale. La faune très variée était riche d’animaux aux formes gigantesques. La pesanteur était plus faible en raison de la différence de rotation de la terre. La taille de l’homme atteignait le double des sa taille actuelle encore qu’il ne fût qu’un pygmée comparé aux gens d’une autre race qui vivaient à ses cotés, des supers intellectuels qui appartenaient à une caste différente. Ces supers intellectuels gouvernaient la terre et ils apprirent beaucoup aux hommes, qui étaient alors comme des élèves soumis à l’autorité d’un maître bienveillant. Ils arrivait souvent à ces énormes géants de monter à bord d’engins de métal brillant qui sillonnaient le ciel. L’homme, cette pauvre créature ignorante qui n’en était encore qu’aux balbutiements de la raison raisonnante, était incapable de comprendre tout cela car son intelligence dépassait à peine celle des singes. Pendant des temps infinis, la vie sur terre suivit un cours paisible. La paix et l’harmonie régnait entre tous. Les hommes communiquaient entre eux par télépathie, sans avoir recours à la parole, qui n’était utilisée que pour les dialectes locaux. Puis les supers intellectuels qui dominaient l’homme de leur taille, se prirent de querelle. Des factions se formèrent, qui ne pouvaient se mettre d’accord sur certaines questions, exactement comme les nations d’aujourd’hui. Un des groupes gagna une autre partie du monde où il essaya d’imposer sa domination. Une guerre éclata. Les sur-hommes s’entretuèrent en s’infligeant mutuellement de grosses pertes au cours de féroces batailles. L’homme qui brûlait du désir de s’instruire, apprit l’art de la guerre, apprit à tuer. La terre, où la paix avait régné jusqu’alors, devint un enfer. Pendant de longues années les surhommes travaillèrent en secret, les uns comme les autres. Un jour une énorme explosion secoua la terre et la déplaça de son orbite. Des flammes rougeoyantes traversèrent le ciel et la terre fut entouré de fumée. Le tumulte cessa enfin mais pendant de long mois d’étranges signes qui frappaient les peuples de terreur apparurent dans le ciel. Venant des espaces infinis une planète s’approchait de la terre ; chaque jour, elle paraissait plus grande. Bientôt, il fut évident que la collision était inévitable. Des raz de marée déferlèrent sur la terre, de grands vents s’élevèrent et les jours et les nuits furent remplis des hurlements des tempêtes furieuses. La planète remplit alors tout le ciel, comme si elle allait bientôt tomber droit sur la terre. A mesure qu’elle s’approchait, de vastes étendues de terre ferme furent submergées sous les raz de marée. Des tremblements de terre secouèrent la surface du globe et, en un clin d’œil, des continents entiers furent engloutis. Alors la race des surhommes oublia ses querelles ; tous coururent à leur machines étincelantes et s’élancèrent dans le ciel, les tremblements continuaient ; des montagnes jaillissaient du sol, entraînant avec elles le fond des mers ; des terres en s’effondrant furent immédiatement recouvertes par les eaux. Les peuples fuyaient de tous cotés, éperdus de terreur, croyant que la fin du monde était arrivé. Pendant tout ce temps, les vents augmentaient de violence. Le tumulte devint de plus en plus intolérable, les nerfs des hommes cédèrent et la peur s’installa sur toute la surface du globe. La planète étrangère ne cessait de grandir et de se rapprocher, jusqu’au moment ou elle fut très proche de la terre. Alors, elle s’écrasa dans un bruit fracassant en même temps que jaillissait une étincelle électrique aveuglante. Des explosions se succédaient dans les cieux embrasés et des nuages d’un noir de suie transformèrent les jours en une interminable nuit d’épouvante. Le soleil lui même parut se figer d’horreur devant la catastrophe car, d’après les écrits des anciens, son disque rouge se maintint immobile, dit-on, pendant de long jours, cependant que de longues flammes jaillissaient de son centre. Les nuages noirs recouvrirent la terre et plongèrent le monde dans les ténèbres. Les vents soufflaient tantôt glacial, tantôt brûlants et des milliers de gens moururent de ces écarts continuels de la température. Du ciel tomba la Nourriture des Dieux, appelée parfois la Manne. Sans elle, les peuples ainsi que les animaux seraient mort de faim car les récoltes avaient été détruites, et il n’y avait plus rien à manger. Hommes et femmes erraient en quête d’un abri qui leur permis de reposer leur corps exténué, meurtri par les tempêtes et les terribles cataclysmes. Ils imploraient le ciel de leur envoyer le calme, le suppliant de les sauver. Mais la terre continuait à être agitée de secousses sismiques, les pluies à tomber à torrents et les déflagrations d’électricité à éclater dans l’espace sidéral. A mesure que le temps s’écoulait, et que les lourds nuages noirs s’éloignaient en grondant, le soleil devenait de plus en plus petit, comme s’il allait disparaître au loin. Tous pensant que le Dieu Soleil, le Dispensateur de la vie, les abandonnait, se mirent à hurler de peur. Mais, phénomène plus étrange encore, le soleil se déplaçait dans le ciel de l’est à l’ouest, au lieu de suivre sa trajectoire habituelle d’ouest en est. L’homme n’avait plus aucune notion du temps dont le cours ne pouvait être mesuré par suite de l’obscurcissement du soleil ; personnes même les plus sages, n’auraient pu situer l’époque ou tous ces évènements prirent place. Le ciel fut encore le siège d’un étrange phénomène : un monde y apparut, un monde énorme et gibbeux, de couleur jaunâtre, dont on put croire qu’il ,allait lui aussi s’ écraser sur la terre. Ce qui maintenant est connu de tous sous le nom de lune fit son apparition à cette époque, l’un des résultats de la collision entre les deux planètes. Plus tard, on devait découvrir en Sibérie un vaste cratère à l’endroit où vraisemblablement la surface du globe avait été défoncée lors de la collision et d’où peut-être, la lune a été arrachée. Avant celle ci, il existait une ville où une grande partie du savoir de la Race supérieure était conservée dans de grands bâtiments. Quand ils s’effondrèrent au cours du cataclysme, tous les secrets furent ensevelis sous des montagnes de décombres. Les sages des tribus savaient que sous ces amas étaient cachés des boites contenant des pièces uniques et des ouvrages gravés sur du métal. Ils savaient que tous le savoir du monde reposait sous ses ruines ; aussi entreprirent-ils des fouilles, pour tenter de sauver ce qu’ils pouvaient des anciens écrits, et en utilisant les connaissances de la Race supérieure, d’accroître leur puissance. Dans les années qui suivirent, les jours devinrent de plus en plus longs, jusqu’à atteindre une durée deux fois supérieure à celle d’avant le cataclysme. Puis la terre, accompagnée de la lune, la lune que nous connaissons, cet astre né d’une collision, se plaça sur sa nouvelle orbite. Elle continuait cependant à être secouée par des séismes, qu’accompagnaient de sourds grondements ; des montagnes s’élevaient et vomissaient des flammes et des rochers, semant ainsi la destruction. Un jour de grandes coulées de lave dévalèrent tout à coup le flanc des montagnes, ravageant tout sur leur passage et se refermant souvent sur les sources du savoir ; or, le métal sur lequel était gravée la plus grande partie des documents était suffisamment dur pour résister à la chaleur de la lave de sorte que celle-ci les protégea en les entourant d’une gangue de pierre poreuse. Un jour, cette gangue devait s’effriter sous l’effet du temps et révéler les trésors qu’elle contenait pour le bénéfice de ceux entre les mains desquels ils tomberaient. Mais ce jour ne devait arriver que beaucoup plus tard. Lorsque la terre s’affermit sur sa nouvelle orbite, le froid envahit graduellement la terre et les animaux moururent ou émigrèrent vers des climats plus chauds. Le mammouth et le brontosaure, incapables de s’adapter à de nouvelles conditions d’existence disparurent. De la glace tomba du ciel et les vents devinrent plus mordants. Le ciel, autrefois d’une pureté presque parfaite, se remplit de nuages. Le monde avait changé du tout au tout : la mer fut soumise à des marées alors qu’auparavant elle ressemblait à un lac tranquille, dont la surface n’était troublée que par le souffle du vent. Désormais d’énormes vagues se lançaient à l’assaut du ciel et pendant des années de gigantesques marées menacèrent d’engloutir les terres et les hommes. La voûte céleste n’était plus la même non plus. La nuit, d’étranges constellations remplaçaient les étoiles familières et la lune était très proche. De nouvelles religions prirent naissance et les prêtres de cette époque voulurent pour imposer leur autorité, donner leur versions des évènements. Préoccupés seulement de leur importance et de leur influence, ils se soucièrent fort peu de la race supérieure. Faute de pouvoir expliquer la genèse du cataclysme, ils l’attribuèrent à la colère divine, en affirmant que tous les hommes étaient conçus dans le péché. Avec le temps, la terre s’installa sur sa nouvelle orbite, les éléments se clamèrent et la stature des hommes diminua. Les siècles se succédèrent et les continents se stabilisèrent. De nombreuses races, surgies, pourrait-on dire, à titre expérimental, essayèrent de survivre sans y réussir, et disparurent laissant la place à d’autres. Une souche humaine plus résistante finit par se développer et ce fut le début d’une nouvelle civilisation ; celle-ci devait toujours garder au fond d’elle même dans une sorte de mémoire raciale, le souvenir d’une catastrophe épouvantable dont quelques cerveaux puissants essayèrent de retracer l’histoire. Pour lors, la pluie et le vent avaient accompli leur œuvre. Les vieux documents commencèrent à sortir des débris de lave solidifiée, et en les voyant, des habitants de la terre décidèrent de les réunirent et de les soumettre aux plus sages d’entre eux, lesquels, au prix de longs efforts, réussirent à en déchiffrer une partie. Dès qu’ils furent capables d’en lire et d’en comprendre quelques-uns, les savants de l’époque s’acharnèrent à en rechercher d’autres afin de combler leur lacunes et d’arriver à une compréhension d’ensemble. De grandes fouilles donnèrent de nombreux résultats intéressants. Alors, la nouvelle civilisation connut un réel développement. Des villes et des cités s’élevèrent un peu partout… et la science commença sa course au désastre. Elle se consacra à la destruction, en se mettant au service de certaine factions. On oublia tout à fait que l’homme peut vivre en paix et que la guerre porte en elle les germes des catastrophes les plus terribles. Pendant de longs siècles ; la science régna en maîtresse. Les prêtres posèrent aux hommes de sciences et éliminèrent tous ceux qui n’étaient pas prêtres eux-mêmes. Leur pouvoir s’accrut ; ils adorèrent la science et ne reculèrent devant rien pour assurer leur domination, écraser l’homme moyen et l’empêcher de réfléchir. Bientôt, ils se firent passer pour des dieux ; rien ne pouvait être fait sans leur autorisation. Ce qu’ils voulaient, ils s’en emparaient, sans que personne pût s’y opposer. A force de s’exercer, leur pouvoir grandit jusqu’à devenir presque illimité, tant ils avaient oublié que le pouvoir absolu corrompt toujours ceux qui le détiennent. De grands aéronefs sans ailes glissaient dans les airs, sans le moindre bruit, ou planaient immobiles, comme n’auraient pu le faire des oiseaux. Les savants avaient découvert comment maîtriser la pesanteur, l’antipesanteur et utiliser ces forces à leur profit. Un seul homme, muni d’un minuscule appareil tenu dans le creux de sa main, pouvait déplacer à son gré d’énormes blocs de pierre. Nul travail n’était trop pénible puisque les machines de l’homme fonctionnaient sans qu’il lui en coûta le moindre effort. De gigantesques engins sillonnaient la surface de la terre, mais rien ne bougeait sur la mer, il n’y avait, en effet, pour naviguer que ceux qui aimaient voyager lentement, tant leur plaisait le jeu du vent et des vagues. Tous les déplacements se faisaient par les airs, ou, s’ils étaient courts, par la voie terrestre. Des peuples émigrèrent dans certains coins de la terre et y établirent des colonies. Mais à cette époque, ils ne pouvaient plus communiquer par télépathie à la suite de la collision catastrophique. Ils ne parlaient plus un même langage ; les dialectes se multiplièrent, se différencièrent de plus en plus et finirent par donner naissance à ders langues incompréhensibles à ceux qui ne les connaissaient pas. Par suite de leur incapacité à communiquer et à se comprendre mutuellement, les peuples se prirent de querelles et des guerres éclatèrent. Des armes effrayantes furent inventées et les batailles firent rage sur toute la surface du globe. Hommes et femmes furent blessés et les terribles radiations qui étaient utilisés provoquèrent fortes mutations dans la race. Des années passèrent, et la lutte devint plus acharnée, le carnage plus effrayant. Partout des inventeurs, stimulés par leurs chefs, rivalisaient d’ardeur pour fabriquer des armes encore plus meurtrières. Les savants travaillaient avec acharnements pour mettre au point des engins d’une puissance offensive sans cesse plus redoutable. On cultiva des microbes infectieux que des avions volant à haute altitude lâchaient sur l’ennemi. Des bombes endommagèrent les canalisations d’égout, de sorte que la peste et des épidémies de toutes sortes ravagèrent la terre, frappant gens, animaux et plantes. La terre courait vers sa destruction. Dans une région lointaine, épargnée par la guerre, un groupe de prêtres clairvoyants, que la soif du pouvoir n’avaient pas corrompus, gravèrent sur de minces plaques d’or l’histoire de leur époque, ainsi que la carte des cieux et de la terre. Ils y consignèrent également les plus grands secrets de leur science et des avertissements solennels sur les dangers qu’encouraient ceux qui en feraient un mauvais usage. Il fallut de nombreuses années pour préparer ses plaques, après quoi, elles furent avec des spécimens des armes, des outils, des livres et de tous les objets utilisés à l’époque, cachés en certains endroits afin que l’humanité pût un, jour connaître son passé et, espérait-on, en tirer profit. Car, bien évidemment, ces prêtres connaissaient le cours que suivrait l’histoire ; ils savaient ce qui se passerait et qui arriva, comme ils l’avaient prédit. Une arme nouvelle fut mise au point et expérimentée. Un nuage fantastique s’éleva de la terre en tourbillonnant dans la stratosphère ; du coup, le globe fut brutalement secoué comme s’il allait basculé sur son axe. D’énormes murailles d’eau ,déferlèrent sur la terre, en balayant sur leur passage de nombreuses races humaines. Une fois de plus, des montagnes s’affaissèrent sous les eaux cependant que d’autres les remplaçaient. Un petit nombres d’hommes, de femmes et d’animaux, avertis à temps par les prêtres, eurent la vie sauve grâce à des bateaux construits à l’épreuve des gaz et des germes toxiques qui ravageaient la terre. D’autres soulevés avec les régions qu’ils habitaient, se retrouvèrent très haut dans les airs ; d’autres moins chanceux, entraînés dans les profondeurs, furent ensevelis sous les eaux, ou virent des montagnes se refermés sur leurs têtes. L’eau, le feu et les rayons de la mort firent des millions de victimes et il ne resta plus sur terre qu’un petit nombre d’humains, isolés les uns des autres selon les hasards du désastre. Rendus à moitié fous par la peur, ébranlés dans tout leur être par la terrible force de l’explosion, ils se cachèrent longtemps dans des cavernes et au sein d’épaisses forêts. Toute trace de culture avait disparu et ils revinrent à un état sauvage, comme au temps de la préhistoire, se couvrant de peaux de bêtes, s’enduisant le corps de jus de baies et s’armant de massues à la pointe de silex. De nouvelles tribus se rassemblèrent et errèrent sur cette nouvelle face du globe. Certains s’établirent dans ce qui est maintenant l’Egypte, d’autres en Chine ; quant aux hommes qui avaient habité les agréables abords du littoral, région où se plaisait fort la Race supérieure, ils se retrouvèrent soudainement à des milliers de mètres au dessus du niveau de la mer, sur une terre entouré par des montagnes aux neiges éternelles et qui se refroidissait rapidement. Il en mourut des milliers incapables de résister à cet air raréfié et au climat rigoureux. Ceux qui survécurent sont les ancêtres de la robuste race tibétaine moderne. C’est là que les prêtres clairvoyants avaient transportés leurs fines plaques d’or pour y graver tous leurs secrets ; Ces plaques, ainsi que des modèles de leurs production artistiques et artisanales avaient été enfouies dans de profondes cachettes creusées dans une caverne de montagne à l’intention de futures générations de prêtres. D’autres furent cachées dans une grande ville située sur les terres de Chang Tang. Bien que l’humanité fût revenue à un état sauvage, toute civilisation ne disparut pas pendant ces Années noires. Sur certains points isolés du globe, de petits groupes d’hommes et de femmes, plongés dans les ténèbres de la sauvagerie luttaient désespérément pour ne pas laisser mourir la connaissance, pour ne pas laissé s’éteindre la faible flamme de l’intelligence humaine. Au cours des siècles suivants, les religions évoluèrent beaucoup et de nombreuses recherches furent entreprises pour essayer de découvrir la vérité sur ce qui s’était passé. Or, pendant tout ce temps, dans les cavernes profondes du Tibet, était caché le Savoir suprême, gravé sur des plaques d’or incorruptibles, immortelles, attendant ceux qui les découvriraient et qui pourraient les déchiffrer. L’homme, une fois de plus évolua peu à peu ; l’obscurantisme recula ; la sauvagerie fit place à une demi-civilisation. Des progrès furent accomplis. De nouveau des cités s’élevèrent et des machines sillonnèrent le ciel. Les montagnes cessèrent une fois de plus d’être des obstacles et l’homme parcouru le monde sur terre et sur mer. Mais comme autrefois, les peuples, à mesure qu’augmentaient leur science et leur puissance, devinrent arrogants et se mirent à opprimer les plus faibles. Ce fut une époque de troubles, de haines, de persécutions et de recherches secrètes. Opprimés par des nations plus puissantes, les peuples faibles inventèrent des machines, et des guerres éclatèrent, des guerres qui devaient durer des années. De nouvelles armes encore plus terribles que les précédentes étaient sans cesse mise au point. Chaque camp s’efforçait de découvrir l’arme absolue et pendant ce temps, dans les cavernes du Tibet, était enfoui le savoir ! Et pendant tout ce temps, dans les hautes terres de Chang Tang, se dressait une grande cité déserte, sans défense, qui gardait en ses flancs le plus précieux savoir du monde, attendant la visite de ceux qui daigneraient y pénétrer, étalé sous leurs yeux… d’après le Lama Mingyar Dondup
timebuster a dit ceci le 2 juin 2007 à 14:01



A travers le monde de nombreuses histoires de citéesmythiques et magiques se sont répandues. Des lieuxd’enchantements, d’aventures et de merveilles qui se sontperdus dans le flot du temps. Dans le monde de FengShui, il n’y a pas de lieux plus connus et renommé que lacité perdue de Shangri-La. Les légendes et le folkloredécrivent Shangri-La comme une cité où d’anciensmystères côtoient une sagesse depuis longtemps oubliéedes hommes. Personnes ne sait exactement son histoire oul’étendue des secrets qu’elle renferme mais tous tombentd’accord sur le fait que Shangri-La estexceptionnellement difficile voire impossible à trouver.Bien que certaines histoires la place dans la région duTibet ou du Népal, personne ne connaît son emplacementexact. Il y a des rumeurs d’explorateurs qui ont réussi àtrouver cette ville, mais aucune personne n’a pu confirmercela et seuls des aventuriers infructueux sont revenus deleurs expédition dans la jungle…Shangri-La existe bien ! Et cette ville est réellement unlieu de magies et de merveilles. La raison pour laquelle ilest si difficile de la trouver est qu’elle ne reste jamais bienlongtemps à la même place. En effet, sa particularité estd’effectuer des saut dans le temps en suivant un cycle quin’est que partiellement récurant. Un habitant de Shangri-La peut s’endormir en 820 et se réveiller un siècle oumême un millénaire plus tard. En fait, à l’opposé desportails nous reliant avec l’Entremonde, Shangri-La n’estpas limitée dans ses “mouvements” aux années dejonction. Elle peut apparaître à n’importe quelle momentde l’Histoire de l’humanité. De plus les sauts dans letemps ne suivent pas une quelconque linéarité. La villeremonte ou avance dans le temps sans logique apparente.De plus, la durée des “séjours” de la ville à une époquedonnée est assez variable allant d’une journée à plusieursmois. Enfin, Shangri-La ne se déplace pas seulement entreles époques de l’Histoire, mais elle voyage aussi dansl’Entremonde.Malgré la nature erratique de la ville, quelques règlesgouvernent la cité. D’une part, les limites de mouvementde la ville dans le temps entre les jonctions les plusanciennes et les plus lointaine dans le futur. De plus,Shangri-La semble favoriser les périodes de l’histoire oùla magie est forte. Ainsi, la ville apparaît plus souventdans l’Entremonde et dans les années précédant larenaissance, bien plus souvent que dans n’importe quelleautre période de l’Histoire. Quand Shangri-La se déplace,elle ne le fait qu’au beau milieu de la nuit et jamais durantla journée. De plus, qu’elle que soit l’année ou Shangri-La apparaît, sa position géographique est toujours plus oumoins la même : une région reculée de l’Himalaya. Quandelle se matérialise dans l’Entremonde, elle le fait dans unezone très similaire ce qui explique qu’elle fut largementrestée secrète. Finalement, comme dans l’Entremonde, letemps s’écoule linéairement dans Shangri-La. Le Lundisuit toujours le Dimanche quel que soit l’année. Aussi letemps s’écoule pour ainsi dire normalement pour leshabitant de Shangri-La. Par contre, en raison desmouvements de la ville dans le temps, le cours des chosespeut apparaître de manière radicalement différente à unobservateur externe. Il y a de nombreuses histoiresd’habitants de la ville sainte restant en dehors des murs deShangri-La par malchance ou par choix alors qu’elle sedéplaçait. Quand ils virent la citée de nouveau, desdizaines d’années avaient blanchis leur tempes alorsqu’une simple semaine s’était écoulé dans la citée. Laréciproque est aussi vrai et on comte souvent l’histoire dece père de famille resté en dehors de la ville pour dieu saitquel raison. Il se lamentait d’avoir ainsi abandonné safemme et ses enfants en bas âges. Fou de douleur il décidad’attendre le retour de la ville magique pour pouvoirrevoir ceux qu’il chérissait au fond de son cœur. Le soirsuivant la disparition de la cité il eut la surprise de voirShangri-La se matérialiser de nouveaux. Il pensait alorsque les dieux l’avait entendu et qu’il était béni par uneséparation si courte. Il se précipita vers sa maison pourn’y trouver que des étrangers et la tombe des membre desa famille disparus il y a de cela près d’un siècle pour leshabitants de Shangri-La.Shangri-La en elle même est un lieu d’enchantements etde magie ou les légendes naissent et vivent. D’une part laville compte trois sites majeures pour Feng Shui (chacunfournissant le double de points d’harmonisation) et prèsde 30 sites mineurs. En conséquence, les habitants deShangri-La vivent dans une sorte de réalité à part,différente des contraintes des autres réalités. Shangri-Ladonne toujours un bonus de +3 à la sorcellerie, Laprésence de tant de sites sur une si petite surface donneaux habitants le pourvoir de modeler la réalité avec enmoyenne des scores allant de 6 à 12. Shangri-La ellemême est faite d’un mélange de bâtiments et d’outilsmodelés et crées normalement. Ce qui est fascinant c’estque les objets créés en déformant la réalité gardent àShangri-La leur intégrité même en dehors del’Entremonde. En fait ils sont indiscernables des objetsnormaux tant qu’ils restent dans les murs de la ville.Finalement, Shangri-La est bénie et possède des puits quine se tarissent jamais. Il y a aussi de nombreuses plantesqui portent des fruits chaque jour. En fait, la plus grandepartie de la nourriture de la ville vient de petits jardins,plans de vigne et vergers éparpillés dans la ville. Bien sûr,sans les propriétés particulières des plantes de la ville, lapopulation ne pourrait pas survivre.Shangri-La est une petite citée entourée de haut murs oùvivent au plus 10 000 habitants. La ville est administré defaçon nonchalante par les grands prêtres du temple. Il ontthéoriquement autorité sur tous problèmes bien que lesaffaires courantes de la ville soient prises en main par unconseil regroupant les citoyens les plus influents. Malgréces deux instances dirigeantes, chaque adulte excepté lesesclaves, voleurs et autres criminels, a un droit de parole
——————————————————————————–
Page 2
© 1998 Les Terres de Kernoshttp://www.kernos.comsur la marche de la citée ce qui rend les rassemblementsou autres réunions du conseil un tantinet chaotiqueparfois. Aujourd’hui, les instances religieuses seconcentrent sur la vie spirituelle de la ville et sur lalocalisation “temporelle” de la citée au jour le jour. Atravers une méthode complexe mêlant astrologie,astronomie et divination, les prêtres définissent l’année delocalisation de la ville et la durée avant le prochain saut(Il est à noter que ces prédictions bien que globalementcorrectes ne sont pas toujours à 100% exactes). Lesprêtres agissent aussi en qualité de médecins etguérisseurs dans la citée. Ils combinent les potionsd’herboristerie, les prières et la magie pour aider lesblessés et malades. Ils prennent en charge les ritesfunéraires (crémation).Le reste de la population est assez normale dans sacomposition : Artisans, milice civile, fermiers et ouvrierscomposent la majorité de la mosaïque sociale de la ville.Les responsabilités sociales commencent très tôt avec lesenfants participant au bien être de la famille dès l’âge de 6ans par des travaux simples. La structure sociale de laville est très structurée : les enfants suivent pratiquementtoujours les traces de leur pères et les filles rejoignanttoujours la famille de leur conjoint lors des mariagesarrangés par les chefs de famille sous la tutelle desprêtres. La seule façon d’échapper à ce cycle rigideconsiste à rejoindre la congrégation des moines guerriers.Les moines guerriers sont une branche particulière duclergé dévolue aussi bien au maintient de l’ordre dans laville qu’à la défense de la citée. Quand un garçon atteintl’âge de 6 ans, ses parents peuvent le présenter au templepour qu’il deviennent un membre du clergé. Il est alorsintensément questionné et testé par les prêtres, et s’ilsemble convenir, il rejoint les rang des prêtres ou desmoines guerriers suivant les aptitudes décelées. Bien sûr,seul un petit nombre arrive à surmonter la difficilesélection des prêtres. Les moines guerriers, à la différencedes prêtres, subissent un entraînement tant spirituel quephysique. Les six premières années d’étude sontconsacréesà l’apprentissagedestechniquesetapprentissages de bases dans la foi et le combat. Cettepériode est aussi celle où l’apprenti doit effectuer denombreuses tâches serviles et dures. Elle se termine parun test qui s’il le passe permet au novice de se lancer danssix autres années d’entraînement intense apprenant àpuiser et utiliser son Chi tout en devenant un redoutableguerrier. Finalement, au jour de son 18ème anniversaire,l’initié est encore une fois évalué. S’il réussi ce nouveautest, il est intronisé dans l’ordre des moines guerriers etrecevra son premier tatouage. Ces tatouages d’essencemagique donne au moine des pouvoir quasi surnaturels.Ils sont gagnés et attribués en fonction de l’avancéespirituelle du jeune moine. Seul un grand maître peutdécider quel tatouage sera donné à un moine. Ce choix estgrandement basé sur la nature et les exploits du membredu clergé.Naturellement toutes les factions de Feng Shuiadoreraient s’harmoniser avec un lieu tel que Shangri-Lapour leur bénéfice personnel (à l’exception des Dragonsqui ne cherchent pas la puissance personnelle et lesJammers, qui aimerait réduire en cendre cette cité). Biensûr, une cité qui peut se matérialiser dans et en dehors del’Entremonde et à travers le temps serait un avantagecapital pour quiconque arrivant à en prendre le contrôle.Jusqu’ici, aucun groupe n’a pu localiser la villemystérieuse et encore moins en prendre le contrôle. Lepeu qu’ils en connaissent vient des histoires racontés parles voyageurs affirmant avoir visité ou même vécu danscette ville. Shangri-La est restée un mythe pour silongtemps en raison de sa localisation lointaine etinhospitalière, mais aussi car elle ne reste jamais trèslongtemps dans la même époque de l’histoire. De plus lesprêtres ont lancé et entretiennent un nombre considérablede sorts aidant à garder la ville invisible au yeux dumonde. Bien que Shangri-La accueille les visiteurs, seshabitants savent que leur survie dépend grandement dumystère qui protège leur ville.
mario kekic a dit ceci le 5 mai 2009 à 10:47



La conception idéalisée des Occidentaux sur le Tibet
DU YONGBIN
La steppe Yila à Shangri-la.
Shangri-la, royaume mythique synonyme d’Utopie (Thomas More, 1516), a été le fil conducteur du best-seller Lost Horizon, écrit en 1933 par le romancier américain James Hilton. L’inspiration de Hilton n’a pas été puisée dans une expérience de voyage personnelle au Tibet, mais dans des articles du botaniste américain Joseph Rock qui a vécu dans la région de Kham (zone située aujourd’hui à la limite du Tibet et de la province du Sichuan) de 1922 à 1949.
En langue tibétaine, Shangri-la signifie le lieu entourant la source du bonheur. Il tire son origine d’un sûtra bouddhique disant : au sud de l’Himalaya se dresse Shambhala, une ville mystérieuse où est préservée la Roue du temps bouddhique Kalacakra Tantra. C’est un endroit idyllique, rempli de palais colorés, habité par des gens en santé dont l’esprit est protégé par des moines immortels.
En 1937, Frank Capra a réalisé l’adaptation cinématographique de Lost Horizon de Hilton pour la Columbia Pictures. La chanson-thème, Shangri-la, a été populaire dans le monde entier, et ce nom mythique a depuis lors été employé dans le même contexte que celui d’un jardin d’Éden et d’Utopie. Dans le film Trente secondes sur Tokyo, qui raconte le raid effectué par Doolittle sur Tokyo durant la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’on demande au président Franklin Delano Roosevelt de quel endroit l’avion a décollé, il répond : « Shangri-la ». À l’origine, Camp David s’appelait « Shangri-la », mais puisque Robert Kuok Hock-Nien acheta les droits d’utilisation de ce nom pour sa chaîne d’hôtels, le nom Shangri-la est maintenant associé avec centres de villégiature et hôtels.
Pour les Occidentaux qui ont lu Lost Horizon, la localisation reculée du Tibet et sa culture distincte ont engendré des idées fausses sur la culture et le bouddhisme tibétains. Par conséquent, la région est toujours entourée de mystère, même en ce début du XXIe siècle.
Un royaume féérique?
Tibétain d’une zone tibétaine.
Pendant des siècles, le Tibet a été considéré comme un paradis par les explorateurs et les voyageurs occidentaux. George Orwell a déclaré qu’il n’y a pas de meilleurs endroits pour les voyageurs que l’Asie centrale et le Tibet. La topographie magnifique −l’Himalaya, le mont Qomolangma (Everest), les monts Gangdisê et le fleuve Yarlung Zangbo− ajoute du charme à la région qui, en plus, est rehaussée par une culture bien typique.
La religion Bon et le bouddhisme tibétain ont été pendant des siècles les influences culturelles principales au Tibet. Le panthéisme et le vaudou de la religion Bon, le tantrisme, le concept de l’âme réincarnée du trulkou (bouddha vivant), les rituels religieux, dont la danse, la circumambulation et la prosternation, du bouddhisme tibétain ont rendu ces religions bien différentes des autres. Depuis la deuxième moitié du XXe siècle, l’Occident est entré encore davantage dans une étape « post-moderne » encore plus avancée de la civilisation matérielle. Toutefois, la civilisation occidentale ne résout pas les problèmes sociaux profonds et complexes, ni ne satisfait les besoins spirituels et religieux de l’être humain. Beaucoup se sont donc tournés vers les systèmes orientaux de croyance religieuse, et le bouddhisme tibétain a été une grande source de réconfort. L’émergence de la mondialisation a rendu les Occidentaux encore plus intéressés à la culture tibétaine, particulièrement à la lumière des activités des séparatistes tibétains et des forces occidentales antichinoises durant la dernière moitié du XXe siècle. C’est ainsi que la question tibétaine a été internationalisée, ce qui inclut les aspects de la souveraineté, de la nationalité, de la religion et des droits de la personne. Cette question est devenue un point chaud sur le plan international, l’une des trois questions sensibles (Taiwan, commerce et Tibet), de même que la question centrale de la lutte de la Chine contre les forces antichinoises. Sous l’influence de facteurs intérieurs et extérieurs, l’essence même de la culture tibétaine est devenue difficile à saisir.
Un Shangri-la sur terre
La civilisation tibétaine s’est développée principalement le long de deux axes : l’axe religieux et l’axe profane. Pendant longtemps, le Tibet est demeuré une société largement homogène et isolée, peu affectée par d’autres cultures. Sa culture traditionnelle bipolaire, au sein de laquelle coexistent le religieux et le profane, la tendance aristocratique et folklorique, est par conséquent restée intacte. Puisque le bouddhisme tibétain dominait la société et les mentalités et que la « culture de l’élite religieuse » représentait le courant principal, la culture profane n’a joué qu’un rôle accessoire dans la société tibétaine traditionnelle. Néanmoins, elle a joui d’une grande vitalité et a exercé une grande influence parmi la population.
Au Tibet, la culture profane traditionnelle possède des aspects aristocratiques et populaires. La noblesse tibétaine incarne une combinaison d’aspects culturels tibétains, indiens et occidentaux, mais comme elle ne représente qu’un faible pourcentage de la population du Tibet, son influence culturelle est très limitée. La culture folklorique englobe l’élite des personnes qui s’adonnent à la médecine tibétaine, à l’astronomie, aux arts et à la culture populaires. Cette dernière comprend les ballades et les épopées, comme celle du roi Gésar, les chants folkloriques et les danses, telles que xuanzi et guozhuang, de même que les traditions folkloriques liées aux fêtes, mariages, funérailles et tabous, ainsi qu’aux autres coutumes sociales et de vie des Tibétains. Ces aspects profanes de la culture tibétaine se sont imbriqués avec des éléments mythologiques pour donner naissance au mythe du Tibet. L’isolement du Tibet a pris fin avec l’invasion des colonialistes britanniques au XXe siècle, laquelle a constitué du même coup une intrusion de la culture moderne. La religion autochtone en a subi un dur revers, ce qui a favorisé le développement de la culture profane. La libération pacifique et la réforme démocratique du Tibet ont provoqué la dissolution de l’ancienne théocratie dirigeante, de sorte que la culture profane est devenue le courant principal. Des fêtes culturelles modernes −sommet du Qomolangma de Xigazê, Khamspa de Qamdo et Yarlung de Shannan− forment maintenant des compléments aux fêtes plus traditionnelles.
Dans les années 1990, la vague tibétaine a déferlé en Chine et outre-mer. Elle a été caractérisée par l’expansion du bouddhisme tibétain et par un intérêt grandissant dans l’aspect tantrique du bouddhisme tibétain. Le Tibet et l’ethnie tibétaine forment maintenant le thème de nombreux ouvrages artistiques et littéraires, de films ou de documentaires. On compte plusieurs savants en tibétologie, et le plus grand nombre d’œuvres en tibétologie publiées ces deux dernières décennies a grandement amélioré la compréhension d’ensemble de la culture tibétaine.
Le développement économique et social remarquable a apporté de grands changements au Tibet. Les principales villes possèdent maintenant des communications pratiques, des comptoirs boursiers et des cafés Internet. Les ordinateurs personnels et les téléphones portables sont également chose courante. Les communications modernes ont rétréci l’écart entre le Tibet et le monde extérieur, et le plus grand nombre de personnes qui se rendent au Tibet permettra certainement d’en faire émerger une image plus réaliste.
Du Yongbin est chercheur du Centre de recherche en tibétologie de Chine.
mario kekic a dit ceci le 5 mai 2009 à 10:54



Bonjour!



i have and i drive just fine (this isn’t debatable) but have you? i know i shouldn’t because i will get in trouble if im caught but once im drunk i get mega lazy and cant be bothered to walk to i drive. who else has had the pleasure of drink driving?
Porsplatora a dit ceci le 27 mai 2010 à 18:08



ок недурно
óñòàíîâêà íàñòåííîãî ãàçîâîãî êîòëà a dit ceci le 17 juin 2010 à 11:55







A propos de cet article
"WHAT TIME IS IT ?" a été publié le 2 juin 2007 par timebuster, et est classé dans la catégorie Non classé.
9 Réponses.
Lire les commentaires, Répondre ou suivre les réponses via RSS.
Trackback cet article.
Recherche





ArticlesNavigation



< ALAIN BESSON SAINT.. | 
Un Blog, des Blogs- Vous pouvez, vous aussi créer un blog gratuit ! |  DOMANIA >

_________________
WEB MAK'S A BETTER WORLD


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur ICQ AIM Yahoo Messenger MSN
Publicité






MessagePosté le: Jeu 17 Mar - 10:01 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    politikar Index du Forum -> politikar -> politikar Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Digital Dementia © 2002 Christina Richards, phpBB 2.0.6 Version by phpBB-fr-themes
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com