FACEBOOK MEGASONIC TIMEBUSTER

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    politikar Index du Forum -> politikar -> politikar
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
MARIO KEKIC
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2009
Messages: 908
Localisation: PARIS
Masculin Bélier (21mar-19avr) 馬 Cheval
Point(s): 115
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: Lun 17 Jan - 16:30 (2011)    Sujet du message: FACEBOOK MEGASONIC TIMEBUSTER Répondre en citant


Lundi 17 janvier 2011

 Devez-vous vous laisser séduire par Facebook ?
 Cécile Chevré
 Avis de tempête sur les marchés obligataires européens...
 Eberhardt Unger

Devez-vous vous laisser séduire par Facebook ?
Cécile Chevré
 
C'est le troisième site le plus fréquenté au monde. Il vous permet de découvrir que vos enfants adorent l'alcool, que votre camarade de classe a mal tourné, que votre collègue de bureau qui a pris quelques jours pour enterrer sa grand-tante est en fait en train de soigner sa gueule de bois et que votre voisin de palier aime ses enfants, son chien, les nains de jardin, les orchidées rares ou plus simplement sa petite personne (rayer les mentions inutiles).
En gros Facebook, c'est tout et n'importe quoi... et en photos, commentaires, j'aime/j'aime pas.
Mais Facebook, c'est surtout des dizaines d'informations collectées sur vos goûts, vos amis, vos habitudes. Une énorme base de données d'informations personnelles fournies, consciemment ou pas, par les 500 millions de membres du réseau.
Tout cela aurait un prix. 50 milliards de dollars de valorisation et 500 millions d'investissements de Goldman Sachs et du groupe russe Digital Sky Net. Pour un chiffre d'affaires apparemment estimé à 1,2 milliard de dollars et un bénéfice de 355 millions de dollars pour les 9 premiers mois de 2010.
Même si le réseau social n'est pas officiellement coté, Goldman Sachs vous propose maintenant d'y investir. Devez-vous vous laisser tenter ?
Le cas Facebook est à lui seul un concentré de la bulle Internet et de la bulle spéculative qui a précédée 2008. Le pire du pire en quelque sorte. Plusieurs raisons à cela :
1. Parce que la valorisation de Facebook repose sur du sable
Un petit tour dans la presse française est assez intéressant. Une majorité de commentateurs insistent sur la viabilité du modèle Facebook, ses avancées technologiques etc. Peut-être, effectivement, mais pour le moment le réseau de Mark Zuckerberg est loin d'avoir fait ses preuves économiquement.

Le bénéfice de Facebook ne serait que de 355 millions de dollars. Des chiffres qui sont à prendre avec des pincettes puisque ce sont ceux avancés par Goldman Sachs pour convaincre les investisseurs que le réseau est l'affaire du siècle. La semaine dernière encore, la plupart des spécialistes estimaient le chiffre d'affaires du réseau social à 1,5 ou 2 milliards de dollars.
Les valorisations de l'entreprise de Mark Zuckerberg sont fondées sur des projections de revenus. Rien de bien concret. Facebook est tout juste rentable mais ses actions ont une valeur supposée – rappelons que le réseau n'est pas introduit en Bourse – supérieure à celles de Google.
2. Parce que Goldman Sachs est loin d'en être à son premier coup fumeux
Goldman Sachs s'est largement illustré pendant la bulle Internet, comme le rappelait Philippe Béchade dans La Chronique Agora : "Les investisseurs se souviennent-ils seulement du nombre de procès intentés à Goldman Sachs entre 2000 et 2003 pour avoir introduit en bourse des dizaines de dot.com qui firent faillite dans les 18 mois suivant leur entrée en bourse ? Et pourtant les documents initiaux indiquaient une valorisation délirante et des perspectives de chiffre d'affaires à donner le vertige... tandis qu'en interne, les initiés traitaient ces mêmes baudruches de "daubes", de "pièges à nigauds" (pour rester correct)".

"Les ficelles étaient si grosses et l'arnaque était tellement voyante que Goldman Sachs a préféré conclure des transactions avec les plaignants plutôt que d'aller jusqu'au procès (perdu d'avance)".
Aujourd'hui, Goldman Sachs non seulement essaie de vous vendre des actions d'une société dont personne ne connaît la valeur réelle mais en plus la méthode utilisée est plus que litigieuse. En effet, Goldman Sachs a un fonds d'investissement FBDC Investors LP, composé uniquement d'actions Facebook.
Par ce moyen, GS essaie de passer au-dessus des règles de la SEC, l'organisme de contrôle des marchés US. Toute entreprise ayant plus de 500 actionnaires doit divulguer ses comptes et autres informations financières. Or, le fonds de GS compte pour un seul actionnaire – c'est du moins ce que la banque d'affaires voudrait faire admettre à la SEC – ce qui évite à Facebook de dépasser le fatidique nombre des 500 actionnaires.
La SEC n'a évidemment pas apprécié ni le montage de Goldman Sachs ni la volonté affichée de Facebook de cultiver le secret sur ses chiffres si bien qu'une enquête sur le réseau est en cours.
3. Parce que Facebook repose sur l'utilisation de données personnelles
Sans vouloir crier au loup, l'investisseur tenté d'investir dans le fonds FBDC Investors LP doit se poser des questions sur le partenaire de Goldman Sachs dans cette affaire.

Derrière Digital Sky Technologies se cache l'oligarque russe Alisher Usmanov dont la fortune est, d'après Forbes, estimée à 7,2 milliards de dollars. Emprisonné pour fraude dans les années 1980, il est aujourd'hui très proche du Kremlin et a pris la succession de Poutine comme dirigeant de la très puissante compagnie Gazprom.
Bien.
Le problème est que le trésor de guerre de Facebook est la détention de données personnelles de tous ses utilisateurs. Et que toute personne utilisant Facebook ou souhaitant y investir devrait se demander qui va posséder – et pouvoir utiliser – ces données.
Devez-vous vous laisser séduire par Facebook ?
Vous l'aurez compris, la réponse est non. Une société qui n'a pas encore démontré sa capacité à être rentable, un montage qui s'apparente à du bidouillage et des investisseurs douteux, des niveaux de valorisation qui rappellent les grandes heures de la bulle Internet... attention danger !

En ce qui concerne les nouvelles technologies, nos deux spécialistes Patrick Cox et Ray Blanco sont bien plus prudents que ne l'est Goldman Sachs. Avec rigueur et sérieux, ils choisissent des sociétés solides et dont les avancées technologiques vont faire parler d'elles. En cliquant ici, vous pourrez découvrir les 5 événements technologiques qui ont toutes les chances de bouleverser le monde dans les 10 prochaines années. Et surtout, les moyens pour vous d'en profiter en tant qu'investisseur individuel. Pour en savoir plus...

Des gains de +21%... +50% et encore +21% en une seule journée...
Une poignée d'investisseurs particuliers ont déjà bien profité de ce début d'année. Regardez ce qu'il leur est arrivé, en une seule journée, le 6 janvier dernier :
+21% en 24 heures grâce à Sain-Gobain... +50% avec Théolia en seulement 2 jours... +21% en misant sur Lafarge en moins d'une journée !
Je vous ôte tout de suite d'un doute : non, ils ne se sont pas contentés de jouer sur le marché actions. Ils ont choisi pour leurs investissements une méthode beaucoup plus dynamique -- qui leur a permis de démultiplier leurs plus-values...
Découvrez vite laquelle et surtout comment vous aussi l'appliquer très facilement à votre portefeuille en cliquant ici...

Avis de tempête sur les marchés obligataires européens...
Eberhardt Unger
Au cours des huit premiers mois de 2010 et malgré toutes les incertitudes, le Bund-Future a maintenu, sans failles, sa tendance haussière. Par la suite, sur les quatre derniers mois de l'année, cette tendance s'est inversée et la baisse a même été plus loin qu'une simple consolidation.
Les rendements sur le Bunds 10 ans sont passés d'environ 2% à environ 3%. L'évolution du début 2011, affiche déjà quelques signaux d'alerte qui doivent être pris au sérieux. Le Bund-Future pourrait baisser vers les 100%.
 
Les nombreuses prévisions économiques optimistes pour la zone euro, en particulier pour l'Allemagne, peuvent jeter des doutes quant à la stabilité des prix. La politique monétaire ultra-expansionniste de la BCE pourrait finalement déboucher sur une hausse du taux d'inflation en 2011.Le fait qu'on ait exagéré cette préoccupation en 2010, ne veut pas dire que l'inflation ne sera pas un problème en 2011. De février 2010 à aujourd'hui, l'indice des prix à la consommation (IPCH) a augmenté de 0,9% à 2,2%.
La forte hausse des prix des matières premières va aussi dans le sens d'une nouvelle augmentation.
C'est seulement une question de temps jusqu'à ce que les sensibles marchés obligataires commencent à anticiper une hausse des taux directeurs. En effet, la BCE pourrait bien traîner les pieds, mais les marchés anticiperont cette hausse bien à l'avance. Du temps du deutschemark, la Bundesbank aurait probablement enclenchée le mouvement depuis quelques temps.
Au cours du premier semestre 2011, les banques doivent se refinancer à hauteur d'environ 400 milliards d'euros. Dans le même temps, les gouvernements doivent refinancés, eux aussi, environ 500 milliards d'obligations qui arrivent à terme. Par ailleurs, plusieurs centaines de milliards d'euros d'hypothèques devront aussi être refinancés.
Ces milliards d'euros à placer avec, dans le même temps, une aversion au risque des investisseurs qui augmente, débouchera très certainement sur une hausse des taux. Cela aggravera encore, en Europe, les problèmes de surendettement des pays industrialisés. Si ces difficultés débouchent sur la mise en place "d'obligations européennes", les Bunds ne pourront plus faire office de placements refuges.
Conclusion : les placements en obligations des pays européens à moyen/long terme sont trop risqués. Achetez le court terme. Les obligations à taux variable sont un placement alternatif.
Dr. Eberhardt Unger est un économiste indépendant, fort de plus de 30 ans d'expérience des marchés et de l'économie. Vous pouvez retrouver ses analyses sur le site www.fairesearch.de

Suivez MoneyWeek sur Twitter, en cliquant ici.  
 

_________________
WEB MAK'S A BETTER WORLD


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur ICQ AIM Yahoo Messenger MSN
Publicité






MessagePosté le: Lun 17 Jan - 16:30 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    politikar Index du Forum -> politikar -> politikar Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Digital Dementia © 2002 Christina Richards, phpBB 2.0.6 Version by phpBB-fr-themes
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com