GOLD TRAIN

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    politikar Index du Forum -> politikar -> politikar
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
MARIO KEKIC
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2009
Messages: 908
Localisation: PARIS
Masculin Bélier (21mar-19avr) 馬 Cheval
Point(s): 115
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: Jeu 4 Nov - 15:06 (2010)    Sujet du message: GOLD TRAIN Répondre en citant



Jeudi 4 novembre 2010

● Pourquoi le grand train de l'or stationne en gare des 1 300 $
Simone Wapler
● Les Etats-Unis sont-ils à l'aube d'une décennie perdue ?
Marc Mayor





Pourquoi le grand train de l'or stationne en gare des 1 300 $
Simone Wapler

Le grand train de l'or est arrêté depuis un mois en gare des 1 300 $. Sa dernière locomotive, qui l'avait propulsé jusque-là, était le QE2 (quantitative easing). Cette deuxième passe d'impression de dollars (pour sortir les établissements financiers de leur mauvaise passe) est en cours de vérification technique et le grand train a légèrement reculé sur sa voie avant de s'arrêter.

En effet, la Fed a annoncé une locomotive d'un gros calibre pour prendre le relais de QE1 qui avait bien mené notre grand train depuis deux ans. Mais voilà, on a un moment craint que les ingénieurs mécaniciens de la Banque centrale américaine reviennent sur leurs premiers plans. D'où cette escale technique en gare des 1 300 $.

Mais les voyageurs habitués du grand train de l'or savent que la destination finale est encore lointaine. La gare terminus de la Monnaie Garantie n'apparaît pas à l'horizon.

Des arrêts en gare et des manoeuvres, ils en ont connus d'autres depuis le départ de la gare des 300 $, il y a bien longtemps. Cette fois, encore, ils sont très patients. Ils s'occupent intelligemment. Certains lisent Le Cygne Noir, ou L'Empire des Dettes. D'autres redécouvrent Des lions menés par des ânes de Charles Gave, Les sophismes économiques de Frédéric Bastiat ou encore la dernière bio graphie de Warren Buffett, L'effet boule de neige (1).

Récemment un wagon VIP - réservé aux banquiers centraux - s'est raccroché au grand train de l'or. Dans ce wagon, nulle trace de littérature subversive comme celle mentionnée plus haut. On y lit, sous le manteau, Cette fois c'est différent – Huit siècles de folie financière de Reinhart et Rogoff.

Les banquiers centraux y discutent tout bas de leurs récents achats et des prix qu'ils ont dû payer pour mettre la main sur du vrai or, pas seulement des bouts de papier censés suivre le cours de l'or. Certains se vantent d'avoir acheté de l'or en euro. Ils trouvent qu'acheter dans cette monnaie, l'or reste une bonne affaire. Cela parle russe, chinois, hindou. On soupèse les chances de faillite d'un Etat.

Sur le quai de la gare des 1 300 $, un autre groupe de banquiers centraux jouent au poker menteur avec des tas de billets. Chacun rachète la monnaie de l'autre pour faire croire que cette monnaie vaut plus cher que la sienne. Les tas grossissent de façon monstrueuse. Ce ne sont pas des passagers du grand train de l'or.

Depuis les wagons des investisseurs avisés, les voyageurs contemplent ce spectacle étrange. Ils se disent que cette étape en gare des 1 300 $ est une excellente occasion de remettre un peu d'ordre dans leurs valises. Ils y remplacent les parts de contrats à terme par de l'or physique, chuchote un observateur de la Commerzbank venu vendre sandwiches et boissons chaudes.

Sur un autre quai, un crieur de journaux hurle à pleins poumons "Foreclosure Gate – Foreclosure Gate – par MoneyWeek - demandez notre édition spéciale sur le dernier scandale de Wall Street – la cinquième menace qui pèse sur la finance mondiale !".

Ce qui fera redémarrer le grand train de l'or
La plupart des voyageurs savent que le grand train de l'or va repartir bientôt. Bien sûr, il peut reculer vers la gare de 1 200 $ si le QE2 s'avère poussif ou inefficace. Mais ce sera pour mieux s'élancer.

Foreclosure Gate ou autre chose fera à nouveau faire s'ébranler le grand train vers l'avant. Tant que les taux d'intérêts ne montent pas, et que l'émission monétaire est la règle, l'épargne est punie et la route est longue avant le terminus de Monnaie Garantie.
[Faites comme les banques centrales, privilégiez l'or physique. Et retrouvez les recommandations sur l'or de Simone dans l'Investisseur Or & Matières]

(1) Alice Schroeder, L'effet boule de neige, 2010, Valor Editions


Pour aller plus loin aujourd'hui :
● 54ème Prix du Meilleur Rapport Annuel : Appel à candidatures pour faire partie du jury !

Vous êtes actionnaire actif et indépendant ?

Vous aimez donner votre avis sur les sociétés cotées, la façon dont elles communiquent à l'égard de ses actionnaires ?

Vous avez envie de vous investir dans un jury d'experts ?

Vous pouvez faire partie du jury du 54ème Prix du Meilleur Rapport Annuel.
Cliquez ici pour vous inscrire...



GRATUIT : votre invitation au Salon Actionaria les 19 et 20 novembre 2010

Comment vous protéger de l'inflation ? Comment manier le trading pour un particulier ? Quelle est la meilleure façon de gérer sainement son capital ?

Nos rédacteurs et spécialistes financiers seront au Salon Actionaria pour répondre à toutes ces questions... et à toutes celles que vous vous posez.

Pour imprimer votre badge d'accès gratuit, il vous suffit de cliquer ici...



Les Etats-Unis sont-ils à l'aube d'une décennie perdue ?
Marc Mayor

Je prends les paris, le marché actions américain rebondira lorsque Ben Bernanke -- papy Soupline, pour les intimes -- annoncera formellement qu'il remet une couche d'assouplissement quantitatif. Ce sera la fête, le patron de la Fed sera enfin le héros qu'il a toujours cru pouvoir devenir.

Les cours grimperont pendant six semaines avant de chuter de 30% en quatre mois et de toucher un plancher deux ans plus tard et 45% plus bas. Comment je sais ça ? Car je suis Madame Soleil Levant et je prédis l'avenir des Etats-Unis.

Retour sur le Quantitative Easing à la sauce japonaise
C'est en effet du côté du soleil levant qu'il faut regarder pour voir le futur. Le Japon a eu recours aux mesures de politique monétaire dites "non conventionnelles" dès mars 2001. Tokyo a alors sorti l'artillerie lourde pour booster son économie engluée dans la déflation et une croissance digne d'un escargot asthmatique. La Banque du Japon, la BoJ, s'est mise à acheter des obligations du gouvernement japonais.

Pour une fois, je ne jouerai pas au cynique, ou si peu... Oui, le succès a été au rendez-vous, je le reconnais. Oui, les Bourses ont rebondi à l'annonce officielle de l'assouplissement quantitatif. Oui, le Nikkei a bondi de moins de 12 000 points à près de 14 500 points en six semaines. Oui encore, il a touché un sommet après ces six semaines d'espoir.

Ensuite, les choses se sont gâtées. Ce soudain optimisme a disparu aussi vite qu'il avait surgi de la planche à billets. La Bourse japonaise a perdu 45% au cours des quatre mois suivants. Le Nikkei s'est fortement ancré dans une tendance baissière, conclue par un plus bas touché en avril 2003 -- 45% en dessous du pic issu des six semaines de grâce. Et le Japon a glissé dans une décennie perdue pour les investisseurs.




C'est ce qui attend les Etats-Unis, dont le futur a des airs de fatalité. Une fatalité barbue et dégarnie qui dirige la Réserve fédérale, si vous voyez à qui je fais allusion. L'expérience japonaise a montré que l'assouplissement quantitatif ne permettait pas de créer le peu d'inflation nécessaire à la relance de l'économie, ni de lutter efficacement contre le chômage. La demande privée n'a pas été stimulée et la déflation s'est maintenue alors que la BoJ achetait des obligations à tour de bras.

Le Quantitative Easing made in Etats-Unis
Compte tenu de ce douloureux précédent, il est difficile d'être optimiste pour l'Amérique. Ben Bernanke semble déterminé à faire en sorte que l'histoire se répète, avec quelques années de retard et de l'autre côté du Pacifique. Le 15 octobre dernier, le patron de la Réserve fédérale a laissé entendre dans un discours à Boston qu'il allait probablement remettre une couche de "Soupline planche à billets" -- comprenez assouplissement quantitatif -- dans l'économie américaine. Il prépare le terrain, en quelque sorte.

Son objectif est simple : obtenir un peu d'inflation et réduire largement le chômage. Comment ? En s'intéressant au niveau des prix -- et non plus à l'inflation -- et en élargissant le bilan de la Fed, qui est le résultat du quantitative easing... papy Soupline, et le monde de Wall Street est plus doux.

L'idée consiste à obtenir une petite augmentation de l'inflation à moyen terme, tout en conservant l'inflation à long terme très basse. Les niveaux actuels des spreads sur le marché obligataire US montrent que les investisseurs s'attendent exactement à l'inverse : une poursuite de la désinflation à court et moyen terme, et une augmentation des prix à long terme.

C'est peut-être pour convaincre les sceptiques que Ben l'hélico a également mentionné un joker qu'il pourrait utiliser : un langage plus direct. Attention, c'est du lourd. En modifiant les termes pesés et re-pesés de son traditionnel communiqué, la Fed pourrait indiquer de manière plus claire qu'elle entend garder des taux d'intérêt à court terme bas pendant plus longtemps que ne le pense le marché.

Un langage plus direct : la Fed utilisera-t-elle bientôt des gros mots, pour convaincre le marché, voire l'effrayer ? Il y en a un qui me vient à l'esprit, en tout cas, de gros mot. Il porte bonheur quand on marche dedans, c'est peut-être pourquoi Ben Bernanke s'obstine à en faire la base de sa politique monétaire.

Remarquez, ça finira peut-être par lui porter chance. Les Etats-Unis en auront bien besoin, sinon le pays risque de se prélasser dedans pendant une bonne décennie. C'est Madame Soleil Levant qui vous le dit.
[Pendant que tout le monde s'affole de la volatilité des marchés, Marc Mayor est bien loin de ces préoccupations...

La croissance en berne, les grands marchés actions qui dévissent et le chômage explosif ne lui font pas peur : il travaille beaucoup plus en profondeur avec une stratégie qui lui est propre : celle des gains effectifs -- peu importe la conjoncture.

Retrouvez ses recommandations dans La Lettre de Marc Mayor. Pour en savoir plus...]

C O M M U N I Q U E
_________________
WEB MAK'S A BETTER WORLD


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur ICQ AIM Yahoo Messenger MSN
Publicité






MessagePosté le: Jeu 4 Nov - 15:06 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
MARIO KEKIC
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2009
Messages: 908
Localisation: PARIS
Masculin Bélier (21mar-19avr) 馬 Cheval
Point(s): 115
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: Dim 7 Nov - 22:11 (2010)    Sujet du message: GOLD TRAIN Répondre en citant



nouvelobs.com le magazine challenges.fr sciences & avenir

Avertir le modérateur | Créer un blog | S'identifier




A la Une > Blogs > Internautes > présidentielles 2012 projet






http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/



présidentielles 2012 projetanalyse critique de la situation du pays








Recommandez la lecture de ce blog en votant pour lui.

Votez



Newsletter

  • M'inscrire
  • Se désinscrire






présidentielles 2012







SITESdescandidats 2012







pressenationale







presseinternationale







Géopolitique







SitesSégolèneroyal







Classementdesblogs







Sondages







Partispolitiquesfrançais







SITESUMP







SITESPS







SITESSYNDICATS







SITESGAULLISTES







SITESINFLUENTS 2012 POUR 2012







BLOGdejournaliste







DIVERSsocial histoire







Institutionnels







SITESONG







DIVERSDEFENSE







REGIONSetDEPARTEMENTS







montagne







USAmaisonBLANCHEOBAMA







RADIOSet TV







Albums Photos







Novembre 2010

DLMMJVS
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930







Notes récentes







À propos



Commentaires récents







Catégories







Derniers weblogs mis à jour







Archives















bonvote.com











16.10.2008PME SOS 0 810 00 12 10 l'après crise
Après l'économie "virtuelles" comme le disent certains initiés ou manipulateurs, le retour au réel revient à l'ordre du jour.

Certes les centaines de milliards d'euros annoncés il y a quelques jours pour sauver le système bancaire mondial sans le quel l'économie libérale n'existent pas,a de quoi surprendre quand on est incapable trouver un tout petit milliard pour assurer le fonctionnement du RSA.

Il existe cependant une différence de taille, ces centaines de milliards n'existent pas, ils se résument à une garantie des états qui se portent garants ou cautions des échanges inter bancaires.

Il s'agit donc d'un mécanisme qui ne vise qu'à restaurer la confiance entre les banques pour assurer les flux financiers qui eux sont vitaux à l'économie réelle.

Pourquoi certains prennent ou font prendre pour argent comptant ces sommes virtuelles, qui doivent le rester si le système de s'écroule pas et que les banques ne soient pas obligées d'emprunter auprès des organismes mis en place (au risque au passage de voit l'état racheter des parts du capital pour rien et les revendre au prix fort dans quelques années en ruinant au passage les actionnaires de ces banques)

Le retour au réel en matière économique est d'un autre ordre, car il repose sur l'argent qui existe et qui est ou non en caisse.

Or la FRANCE même avec ses 54% de prélèvements obligatoires sur le PIB, est déjà en faillite et donc dans l'obligation depuis octobre de rémunérer ses fonctionnaires à crédit comme le fait l'état depuis 1982.

La réelle cotation boursière qui repose chacun le sait sur le coefficient de confiance qui repose sur le chiffre d'affaires des sociétés mais avant tout sur les bénéfices dégagés devrait reculer avec l'annonce des résultats de 2008 et donc accélérer la chute de la bourse.

Certains malins comme toujours souhaitent la destruction du thermomètre que représente les bourses sans comprendre que sans financement l'économie redeviendrait une économie de subsistance avec les effets visibles que connaissent les pays Africains en particulier.

L'épisode de l'économie planifiée ayant donné les résultats que les ex pays de l'est connaissent mieux que leurs défenseurs petits bourgeois de notre pays qui majoritairement à l'exception du PCF ne résident pas dans les banlieues mais dans les 5°,6°;7° 15° et 16° arrondissements de Paris.

Avec un déficit record Historique du commerce extérieur Français de près de 70 milliards d'euros qui sera connu de ceux qui refusent de voir l'évolution du réel en fin d'année, alors même qu'il ne s'agit que de la somme des déficits mensuels depuis Janvier, les Français réaliseront que le chômage se sera accru de plus de 300 000 nouveaux chômeurs. (Aôut 42 000, septembre 50 000, octobre 60 000, novembre 70 000 et décembre 80 000)

La crise financière deviendra le bouc émissaire suffisant pour expliquer cette catastrophe prévisible qui repose avant tout sur le refus des français de vouloir comprendre les réalités des équilibres de notre pays depuis 1973.

La FRANCE dépense 25% de ses recettes annuelles de son budget depuis 1982. La conséquence se solde par un déficit cumulé de plus de 1100 milliards d'euros qui continue à s'accroître de 45 à 50 milliards par an.

Ces déséquilibre résident sur le recrutement massif de fonctionnaires depuis 1982 et la vente de nos grands groupes au capital étranger qui contrôle aujourd'hui le fleuron de notre économie privant ainsi la France de rentrée fiscales indispensables mais aussi les salariés de toute augmentation de salaire avec le paiement des dividendes de ceux qui ont acheté nos grandes entreprises.

Le président de la république appelle de ses voeux à l'union Européenne et un plan concerté de relance de l'économie européenne ainsi qu'une régulation moderne de la finance mondiale.
l'intention est louable mais se heurtera très vite à la cupidité des uns et à l'ÉGOÏSME NATUREL DES AUTRES.

Notre capacité à créer plus de richesse en FRANCE passera demain par le développement de nos PME et donc une politique prioritaire d'accompagnement de toutes ces minuscules entreprises qui représentent 99% de nos sociétés avec 89% de l'emploi privé. Il n'existe plus d'autre alternative à moins de re nationaliser nos entreprises du CAC 40.

L'urgence sociale qui concerne les 10 millions de Français toujours en survie sociale depuis 25 ans devra être traitée par le gouvernement en toute urgence.
L'augmentation de 30 à 50% des allocations familiales deviendra un impératif ainsi que d'autres mesures plus ciblées sur les enfants (1 million et demi) qui sont actuellement sous le seuil de pauvreté .

Quitte à augmenter les déficits, l'état devra le faire dans ces deux axes prioritaires:

1/ INVESTIR pour permettre aux PME de produire plus, donc d'embaucher plus, de vendre plus à savoir de conquérir de nouveaux marchés à l'export.

2/ De créer les conditions d'une relance interne en axant son effort uniquement sur la frange trop importante du pays qui depuis 25 ans est abandonnée à son sort.

à ces deux seules conditions le Pays traversera la crise économique de 2009 et 2010 avec un partage équitable de la souffrance et préparera son retour d'équilibre économique en 2011 ou 2012 au plus tôt.
lu sur
http://www.sarkozynicolas.com/

OSEO PLAN DE SOUTIEN AUX PME - FINANCEMENT PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES






















Le Président de la république a annoncé un plan de soutien

au financement des PME, qui comprend notamment

le renforcement des moyens d’OSEO.

OSEO, dont la mission est de soutenir l’innovation

et la croissance des PME, propose pour faciliter le financement

de la trésorerie des entreprises et de leurs projets

d’investissement, de partager le risque avec les banques.

Grâce au formulaire du site, les collaborateurs d’OSEO

étudieront dans les plus brefs délais, en partenariat

avec les banques, vos besoins de financement.

Remplir le formulaire:

Plan de soutien aux PME



OSEO NUMERO AZUR D’AIDE AUX PME - PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES EN DIFFICULTE - PRETS BANCAIRES












Madame la ministre Christine Lagarde a demandé à OSEO

d’ouvrir un numéro Azur et un dispositif d’information

dédié sur son site internet http:/www.oseo.fr pour permettre

aux PME d’accéder à très brève échéance

aux 5 milliards d’euros de prêts et garanties

mis à leur disposition par l’établissement

public de soutien aux PME.

La ligne téléphonique 0 810 00 12 10 est ouverte

dès jeudi 9 octobre, accessible pour le prix d’une

communication locale de 9h00 à 18h30.

Ce numéro Azur permet aux chefs d’entreprises d’avoir un interlocuteur

proche de chez eux qui les guidera pour bénéficier de dispositifs de :

prêts supplémentaires bénéficiant d’une garantie d’OSEO,

par lesquels les banques peuvent prêter aux PME (2 Md €) ;

prêts supplémentaires d’OSEO pour directement prêter aux PME

en co-financement par refinancement auprès de la caisse

des dépôts et consignations (2 Md €) ;

financements de court terme transformés en prêts à moyen

terme garantis par OSEO pour permettre aux PME de

surmonter des problèmes de trésorerie (1 Md €).





16:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2) | Envoyer cette note | Tags : sarkozy, ump, ps, fillon, économie, pme, 2012





Commentaires
FRANCE SOIR-TIME !
Ecrit par : mario kekic | 17.03.2010

LE CONTRAT SOCIAL FRANÇAIS EST-IL NECESSSSAIRE A L’EXISTENCE DE LA SOCIETE MODERNE ?

L’homme est un animal grégaire. Partant de ce constat, un contrat social s’est naturellement imposé comme règle de vie. C’est un engagement réciproque de cohabitation pacifique. Il s’applique à tous les aspects de la vie civique en société. Né en 1880 sous la plume de Jean Jacques Rousseau, puis affiné par Napoléon III en 1844, il est sensé régler les principaux échanges d’une société moderne. Tout d’abord, un contrat est un engagement réciproque qui définie les règles et les obligations de chacune des parties.

Si on compare la France au reste du monde, notre système est enviable à bien des égards. Dès sa naissance, le citoyen Français bénéficie de droits prévus par la République. Ainsi, il est gardé dans des crèches ou chez des nourrices qui permettent à ses parents d’être rassurés pendant qu’ils travaillent. Puis il est pris en charge par l’école laïque, gratuite publique et obligatoire imposée par Jules Ferry. Cette égalité initiale des chances est sensée lui donner l’accès au savoir pour lui permettre d’avoir un emploi au sein de la société tout au long de sa vie. Il dispose d’une garantie fondamentale appelée «Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance » pour trente cinq heures de travail hebdomadaire, une couverture sociale et privée en cas de maladie, d’accident de travail ou autre tracasserie qui peuvent survenir et être de la sorte remboursé. Si il a cotisé tout au long de sa vie, il a le droit à une retraite digne. Tout au long de sa vie, il peut ainsi se loger, se nourrir, se vêtir et même avoir des loisirs. Le Français dispose du droit de grève, mais aussi du droit de vote dans les comités d’entreprises ainsi qu’au suffrage universel. S’il ne souhaite pas travailler comme fonctionnaire ni comme employé des grandes sociétés privés, il à la possibilité de créer son propre commerce ou sa propre entreprise pour devenir lui-même patron. Il peut également s’impliquer dans le monde associatif et les partis politiques. Les hommes politiques lui garantissent que ses impôts seront utilisés à bon escient, à la bonne tenue des finances publique des infrastructures et de la logistique de la nation. L’énergie, les différentes routes, l’obligation d’une assurance pour être couvert en cas d’accident ou de catastrophe naturelle, le droit à une banque lui permettant d’accéder au crédit permettant la propriété privée, la poste et le téléphone en sont quelques exemples. Les lois gérées par les juges, les procureurs, les avocats, les notaires et la police garantissent la paix civile et la sécurité des citoyens. L’obéissance et la discipline de l’armée quant à elle garantie à la nation sa protection contre les attaques éventuelles, en défendant les intérêts économiques de la France à l’étranger en temps de paix et sur notre territoire en temps de guerre. L’investigation du journalisme, de la presse, de la radio, de la télévision et d’Internet permet aux Français une liaison instantanée avec le monde. La musique, le théâtre, la littérature, le cinéma, les jeux vidéo et autres classiques favorisent le rayonnement de la spécificité cultuelle Française à travers la mondialisation. La déclaration des droits de l’homme en est le meilleur exemple. Enfin les prisons permettent d’écarter ceux qui ne se sentent pas de culture républicaine des citoyens qui respectent les règles de la société. Elles servent également à rééduquer les tricheurs en leur donnant théoriquement une seconde chance.

Malheureusement les choses ne sont pas aussi idylliques pour tout le monde. On se rend compte de nos jours encore, que bien des Français n’ont pas accès aux crèches faute de place. Il semble qu’il existe une école à deux vitesses considérant les nombreux échecs scolaires. Le drame humain du chômage provoque l’exclusion que les gouvernements successifs ont tenté désespérément de diluer avec le Revenu Minimum Garanti devenu de nos jours le Revenu de Solidarité Active, Emaüs, les restos du cœur et la sécurité sociale généralisée. Le cout de la vie est de plus en plus cher. Ces signes du temps ne sont que le flagrant désaveu d’un manque d’imagination politique. De moins en moins de Français se déplacent pour voter, signe de désespérance ou de désintérêt, car au fil des gouvernements successifs, ils ne voient pas leur situation s’améliorer. Le détournement des fonds publics, la corruption, la manipulation des médias ont fini par achever l’espoir de jours meilleurs. De plus en plus de suicides se produisent au sein de la police de l’administration et jusque dans les prisons ou les meurtres les plus abjects y sont monnaie courante. Il semblerait que la République ne soit plus capable d’assumer la sécurité de ses citoyens. L’armée notre dernier fleuron, à elle-même du mal à obtenir un budget décent. La France est en déficit exponentiel et l’augmentation constante des impôts directs ou indirects n’est que l’aveu tentant de masquer un complot mondial. Un plan occulte pour nous amener vers l’irréparable au profit exclusif d’une élite financière, masquant de facto la mauvaise gestion et faisant fuir les capitaux. La sécurité des Français est remise en question. La presse vendue au pouvoir en place est montrée du doigt. Les programmes culturels deviennent médiocres. Même la langue et la culture générale Française paraissent en danger. Les assurances et les banques escroquent leurs clients. Une connivence entre les notables met des battons dans les roues des entrepreneurs venant des basses couches sociales afin d’empêcher leur évolution dans les affaires. Des contrôles en tout genre permettent même aux membres de la famille de certains juges du tribunal de commerce de prendre le contrôle des quelques sociétés pouvant leur être intéressantes pécuniairement. Le fossé se creuse de plus en plus et la France redécouvre les émeutes dans les banlieues qui ne survivent plus que grâce au marché parallèle de la drogue et du recel. Le terrorisme apparaît de nouveau. La nature elle-même se révolte contre nous.

En synthèse, le contrat social Français est plutôt positif si on considère la moyenne des contrats des autre pays du monde. Même si toutefois chez nous aussi, tout dépend dans quelle catégorie sociale on se trouve et où l’on naît, s’il existe bel et bien un contrat social à deux vitesses, une loi à deux vitesses, des écart de salaires trop important, des injustices au niveau des crèches ou des Habitations à Loyer Modéré, une nourriture de mauvaise qualité pour le petit peuple et une nourriture bio, des vêtement qui provoquent des mycoses et des vêtements protecteurs, des avocats commis d’office et des avocats ténors, des juges honnêtes et des juges corrompus par les enveloppes d’espèces, des procureurs intègres et des procureurs politiquement partisans, des prisons aux quartiers disciplinaires et celles au quartier V. I . P, des crédits revolving et ceux aux taux pour fonctionnaires, les voitures d’occasion et les voitures de luxe, les campings et les hôtels cinq étoiles, la classe tourisme et la classe affaire, même la medecine à du mal à résister à cette spirale négative qui nous tire vers le bas. Le contrat social reste un ciment fondamental à notre devise « Liberté Egalité Fraternité » s’il ne dévie pas de son principe. A ce titre il est le reflet du progrès et du modèle Français, une notion de la devise républicaine qui aujourd’hui apporte un contre poids au modèle Européen que les autres systèmes tentent de nous imposer. Telle notre devise arborée fièrement sur les murs de la mairie, de l’école, les documents administratifs, le contrat social est notre idéal républicain. Toutefois, il soulève désormais de grandes questions. Permet-il encore la survie d’une tendance équitable entre les citoyens Français à l’aube d’un gouvernement européen, voire mondial ? A cet égard, le contrat social Français incarne bien le refus d’une société européenne ou mondiale, marquée par la spirale infernale d’une certaine idée de ce mondialisme marqué par les clivages sociaux. En y réfléchissant objectivement, le contrat social Français reste encore la seule alternative d’un principe se dirigeant vers l’équité en tant qu’idéal de progrès humain universel.

A l'isue de cette étude, on retiendra que le contrat social Républicain incarne certainement moins le portrait exact de la République qu'un idéal de progrès. Ce progrès est synonyme d'idéal de modèle et ne doit pas cesser de conduire et animer nos institutions. A l'heure de la mondialisation, des valeurs et des cultures, comment devrions-nous concevoir un contrat social collectif ?

En conclusion, les Français sont des grincheux sympathiques que j’imagine certainement très conscients de la chance qu’ils ont de vivre dans un si beau pays au climat particulièrement agréable. Considérant la crise mondiale actuelle, notre pays est envié du monde entier. J’en donne pour preuve les chiffres de l’immigration bien supérieurs aux chiffres de l’émigration.
Bonjour chez vous.
_________________
L'interrogatoire commence :
- De quel droit portez-vous la Légion d'honneur ?
- Je l'ai trouvée dans mon berceau. "
Ecrit par : MARIO KEKIC | 04.11.2010

Écrire un commentaire

En réponse à :

Votre nom :
 
-

Votre email :
 
-

Votre URL :

Votre commentaire :
 
-

Retenir mes coordonnées :

S'abonner au fil de discussion :




















Le contenu des blogs des internautes n'engage que leurs auteurs et ne peut en aucun cas être attribué au nouvelobs.com


Audience certifiée par l'OJD

Abonnement I Mobile I Newsletters I Contacts I Plan du site I Publicité I Mentions légales I Données personnelles I Copyright I Index I RSS RSS
nouvelobs.com réalisé par

© Le Nouvel Observateur - Tous droits réservés. nouvelobs.com est une marque exclusive du Nouvel Observateur

Un site de nouvelobs.com Network Les meilleures annonces voiture occasion, l'actualité économique et l'actualité internationale sont sur le NouvelObs.


_________________
WEB MAK'S A BETTER WORLD


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur ICQ AIM Yahoo Messenger MSN
MARIO KEKIC
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2009
Messages: 908
Localisation: PARIS
Masculin Bélier (21mar-19avr) 馬 Cheval
Point(s): 115
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: Dim 7 Nov - 22:12 (2010)    Sujet du message: FUCK LEFT SIDE ! Répondre en citant



nouvelobs.com le magazine challenges.fr sciences & avenir

Avertir le modérateur | Créer un blog | S'identifier




A la Une > Blogs > Internautes > présidentielles 2012 projet






http://presidentielles2012projet.blogs.nouvelobs.com/



présidentielles 2012 projetanalyse critique de la situation du pays








Recommandez la lecture de ce blog en votant pour lui.

Votez



Newsletter


  • M'inscrire
  • Se désinscrire





présidentielles 2012







SITESdescandidats 2012







pressenationale







presseinternationale







Géopolitique